article comment count is: 0

Brouillage des radios, la population privée de son droit à l’information 

Pour la VSV (Voix des sans voix), une ONG de défense des droits de l’homme, la volonté des autorités congolaises est de priver la population de son droit à l’information, en la maintenant dans l’obscurantisme et l’ignorance en ce qui concerne la gestion de la chose publique.

Trois jours après la coupure du signal de RFI, le samedi 5 novembre à Kinshasa, l’organisation non gouvernementale de défense des droits de l’homme, « La Voix des sans voix pour les droits de l’Homme (VSV) » a, dans une adresse à la presse, fustigé et condamné fermement la énième coupure du signal de Radio France internationale (RFI) par le gouvernement congolais.

Le signale de RFI est coupé depuis le 5 novembre. Celui de la Radio Okapi a quant à lui, subi un brouillage à la même date. Ces coupures sont survenues alors que le Rassemblement des forces politiques et sociales dont M. Etienne Tshisekedi est le président du Comité des sages, prévoyait un meeting.

La VSV s’étonne que cette énième coupure du signal de RFI se poursuive jusqu’à ce jour, alors que le meeting du Rassemblement des forces politiques et sociales a été illégalement interdit, et ce en violation de la liberté de manifestation pourtant garantie par la Constitution de la République démocratique du Congo (RDC).

La seule à couvrir tout le pays

La RFI est la seule radio qui couvre l’ensemble du territoire national, jusque dans les coins les plus reculés où les chaînes congolaises tant privées que publiques ne sont pas captées. Pour Lambert Mende, Porte-Parole du Gouvernement, « la Radio France Internationale est une caisse de résonance du Rassemblement ».

Depuis le samedi 5 novembre 2016, des millions de Congolais vivant dans les territoires reculés sont déconnectés de ce qui se passe en RDC et dans le reste du monde. Ainsi, cette ONG fait savoir que la coupure du signal de RFI porte une atteinte sérieuse à la liberté de la presse dans le pays et traduit « indubitablement la volonté jusqu’au-boutiste des autorités congolaises de priver, coûte que coûte, la population de son droit à l’information en la maintenant dans l’obscurantisme et l’ignorance en ce qui concerne la gestion de la chose publique ».

VSV demande aux autorités congolaises de respecter le droit de la population à l’information en rétablissant « immédiatement et sans condition le signal de la RFI » et de diligenter une enquête indépendante afin d’identifier les auteurs, les commanditaires et les exécutants de cette énième coupure du signal de la RFI. Nos autorités devraient mettre fin aux atteintes à la liberté de presse en République démocratique du Congo car,ils en ont le pouvoir et les moyens. Espérons que tout ira mieux et que les radios résonneront de nouveau.

Partagez-nous votre opinion