Gloria, un des nouveaux hôtels de Mbujimayi
article comment count is: 0

Construire des hôtels pour booster le tourisme à Mbujimayi

Si vous visitez Mbujimayi ces derniers temps, vous remarquerez certainement que de nouveaux hôtels poussent comme des champignons. Gloria, Métropole, Katshibu, Dilenga… Le secteur de l’hôtellerie connaît un boom dans la ville du diamant, faisant espérer l’affluence des touristes. Des hommes d’affaires locaux y ont investi des millions de dollars.

Il y a quelques années, le manque d’hôtels de grand standing était une des raisons qui empêchaient certains touristes et de grandes personnalités à venir à Mbujimayi. On pouvait entendre des propos du genre : « Aller à Mbujimayi pour loger où ? Y-a-t-il des hôtels là-bas qui correspondent au statut de nos visiteurs ? » Aujourd’hui un tel discours ne peut plus se justifier. Mbujimayi dispose désormais de belles infrastructures hôtelières. De petits bijoux sortis de terre en si peu de temps et qui ne laissent indifférent aucun visiteur de la ville. Bien sûr, ce ne sont pas des hôtels comme à New-York ou à Paris, mais vous y trouvez quand-même des chambres de 250$ la nuitée. Je ne compte pas ici les petits hôtels de 50 ou 100$ par nuit que vous trouvez partout à Mbujimayi.

Grâce au diamant

C’est une bonne chose que notre diamant construise notre ville. Un effort des fils de la province. Après la construction d’un stade moderne à Mbujimayi, ces quelques hôtels pimpants neufs sont un motif de ma fierté d’être habitant de cette ville. Dans ce domaine, je n’ai plus rien à envier aujourd’hui à d’autres villes de la RDC.

« En construisant mon hôtel, j’ai été motivé par le souci de donner à ma ville ce que nous voyons ailleurs. Mbujimayi n’avait rien pratiquement. J’avais personnellement du mal à inviter mes collègues hommes d’affaires à Mbujimayi. Je les rencontrais plutôt à Lubumbashi ou à Kinshasa », m’a confié un propriétaire d’hôtel lors d’un atelier sur le tourisme à Mbujimayi.

Les hôtels d’accord, mais où sont les routes ?

Un problème demeure à Mbujimayi : le peu de routes asphaltées. La plupart des routes qui mènent à la quasi-totalité de ces beaux hôtels se trouvent dans un état déplorable. Sur ce point, c’est la responsabilité de l’Etat. Nos hommes d’affaires ont fait leur part en investissant dans les infrastructures hôtelières, reste à l’État de jouer son rôle en dotant la ville de bonnes routes, d’électricité, de bons moyens de transport en commun, etc.

Les infrastructures hôtelières sont un facteur important pour le secteur touristique. Avec l’avènement du boom hôtelier à Mbujimayi, il y a lieu d’espérer la relance de ce secteur encore peu exploité dans la province du Kasaï-Oriental. Un ancien ministre provincial du tourisme ne cessait d’exhorter les gérants d’hôtels de Mbujimayi à créer des activités susceptibles de promouvoir le tourisme. Mais à ce jour, rien de tout cela n’a encore été fait. Pourtant, le tourisme est une source non négligeable de rentrées de devises.

 

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (0)

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.