article comment count is: 0

[Chronique CPJ] Couverture des manifestations: comment s’y prendre ?

Les journalistes et blogueurs courent de grands risques en couvrant des manifestations, surtout lorsque celles-ci sont réprimées par le pouvoir. La couverture de troubles politiques s’avère exceptionnellement dangereuse. Voici ici quelques conseils pour votre protection.

Comment se préparer avant d’aller couvrir une manifestation?

N’allez jamais couvrir une manifestation tout seul !  Essayez de toujours travailler en équipe ou au moins en binôme afin d’être alerté en cas de débordements. Repérez les issues par lesquelles vous pourrez vous extraire si besoin. Au centre-ville, vous feriez mieux de sympathiser au préalable avec quelques habitants,  commerçants, etc. Si la manifestation devient violente vous pouvez avoir besoin de vous réfugier chez eux. Lorsque c’est nécessaire, faites-vous identifier comme journaliste auprès des forces de l’ordre au début de la manifestation, afin qu’elles ne vous assimilent pas par la suite à des militants.

Renseignez-vous sur les moyens et les armes dont les forces de l’ordre peuvent faire usage. Mesurez les risques et préparez-vous en conséquence. Déterminez aussi, selon la foule et le type de manifestation, s’il vaut mieux que vous soyez identifiable. Quand l’ambiance est encore calme, présentez-vous aux manifestants et à leurs leaders, échangez avec eux et interrogez-les sur leurs revendications. Non seulement cela fait partie de votre travail, mais ils vous seront généralement moins hostiles si vous avez dialogué avec eux au préalable.

Ne pas être confondu avec un manifestant

Lorsque vous allez couvrir des manifestations, ne portez surtout pas des vêtements ressemblant à ceux des manifestants. Pour être souple,  portez des chaussures fermées, solides et confortables au cas où vous devriez courir  lorsque la situation commence à dégénérer. Il est aussi nécessaire d’avoir avec soi un brassard de presse que vous pourrez porter quand le risque d’être confondu avec un manifestant est supérieur à celui d’être agressé parce que vous êtes journaliste. Une écharpe ou un foulard est aussi utile pour boucher le visage en cas d’ettoufement aux gaz lacrymogènes.

Face à une foule en effervescence ou lors des émeutes, ne vous positionnez jamais entre les forces de l’ordre et les manifestants, ou dans leur angle de tir. Attention aux grenades lacrymogènes et aux véhicules en mouvement. Repérez et évitez les éléments les plus dangereux (éléments armés, casqués, cagoulés, etc.) et anticipez les mouvements de foule en suivant les regards des manifestants. En cas de prise à partie, parlementez pour calmer la situation.

#CPJEmergencies #Sécurité #Journaliste #Manifestation

A post shared by Junior S (@mrjuniors45) on

Précautions particulière pour les femmes

Hommes et femmes journalistes peuvent couvrir les mêmes terrains de manifestations. Il ne saurait y avoir de restriction de reportage du fait de son sexe. Cependant, dans certains cas, il est recommandé aux femmes de prendre quelques précautions particulières pour assurer leur sécurité en zones à risques.  Voici donc quelques recommandations à l’attention de femmes journalistes :

  • Veillez à être en une tenue sobre et discrète. Déplacez-vous avec un homme de confiance pour surveiller ce qui se passe derrière vous. Idéalement quelqu’un de prudent qui ne sera pas occupé par son propre reportage et qui saura vous alerter et vous protéger lorsque la situation devient dangereuse.
  • Restez sur les bords des foules et ayez toujours en vue une issue en cas de débordements.
  • Face aux mains baladeuses, haussez le ton, soyez ferme.

 


A lire aussi :

Partagez-nous votre opinion

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.