article comment count is: 1

Edem Kodjo, faire-valoir ou Sisyphe ?

Espérons qu’Edem Kodjo a droit au petit-déjeuner à volonté, lorsqu’il séjourne en RDC. Sinon, il pourrait légitimement se demander pour quelle raison il n’a pas encore démissionné de son poste de facilitateur de l’Union africaine.  

Nommé, en avril, par la présidente de la commission de l’UA, Nkosazana Dlamini Zuma, le Togolais na guère avancé dun pouce, dans son défi de ramener sur la même table tous les acteurs de la classe politique congolaise, en vue de trouver une solution au report de l’élection présidentielle.

« Reconnaître à Edem Kodjo la vertu du volontarisme ? »

Au mieux, depuis 4 mois, le médiateur apparaît totalement transparent, chaque camp ne lui accordant qu’une attention polie, notamment quand il tente de lancer le “dialogue national”, ne serait-ce que ses travaux préparatoires. Au pire, Kodjo est renvoyé dans les cordes du ring congolais, parfois même qualifié de sparring-partner du régime. Faudrait-il objectivement reconnaître à Edem Kodjo la vertu du volontarisme, quand son obstination frise la méthode Coué ? 

L’opposition considère que E. Kodjo s’entête

Même à l’aune des litres de transpiration versés par le facilitateur, l’opposition préfère parler de « forcing », comme l’indiquait, ce samedi, Joseph Olenghankoy, l’un des responsables du « Rassemblement », la coalition des forces d’opposition congolaise qui entend faire barrage au nouveau mandat de Joseph Kabila. Les opposants vont jusqu’à considérer que Kodjo s’entête «  à vouloir à tout prix accorder un troisième mandat au président, en violation de la Constitution ». Le « Rassemblement » de l’opposition a donc refusé de participer aux travaux préparatoires d’un dialogue national, travaux convoqués mardi dernier par le facilitateur de l’UA et qui, toujours selon les anti-Kabila, « n’engagent que la personne de Kodjo ».

Si le scrutin présidentiel —désormais officiellement reporté— semble assez lointain, d’éventuelles “élections apaisées” en République démocratique du Congo (RDC) semblent, elles, carrément illusoires, en l’état actuel des crispations politiques. Edem Kodjo n’a plus qu’à rouler sa pierre comme Sisyphe qui, dans la mythologie grecque, hissait, en haut d’une colline, un gigantesque rocher qui redescendait aussitôt avant le sommet…

 

 

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (1)

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.