article comment count is: 2

Les enfants dans les mines, un fléau pour le Congo

Le Congo a deux catégories d’enfants : les enfants qui vont à l’école et les enfants qui travaillent. Dans la catégorie de ceux qui travaillent figurent les enfants des mines.

L’Unicef estime à au moins quarante mille le nombre d’enfants (garçons et filles) qui travaillent dans les carrières minières. On les appelle « les creuseurs ». Ils sont utilisés dans l’extraction artisanale du diamant, du coltan, du cobalt, de l’or, etc. Ce sont des travaux très lourds qui démolissent littéralement la force physique même des adultes. Pourtant des dizaines des milliers d’enfants démunis s’adonnent à ces travaux dès l’âge de dix ans, pour survivre et faire vivre leurs familles.

Génération sacrifiée 

Ce phénomène est un véritable fléau aux conséquences incalculables pour le pays. L’avenir de ces enfants est totalement compromis. Non seulement ces enfants ne vont pas à l’école et seront donc les analphabètes de demain, mais aussi à onze, douze, treize ans, ils connaissent déjà le sexe et ont des relations non protégées, sans préservatif. Ils s’exposent ainsi aux maladies sexuellement transmissibles.

Le gouvernement ne fait rien

Ce qui fâche c’est l’inaction du gouvernement qui laisse ces enfants faire des travaux épuisants alors qu’ils devraient être à l’école. Parfois ce sont les autorités elles-mêmes qui engagent ces mineurs considérés comme une main d’œuvre facile et moins coûteuse.

Dans chaque mine, se trouvent des carrés appartenant les uns aux officiers de la police ou de l’armée; les autres aux ministres et leurs proches. Ce sont eux qui garantissent l’impunité et entretiennent des réseaux mafieux dans le secteur minier.

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (2)

  1. ce qui est à la base de tout,c’est le fait que les parents n’ont pas un travail convenable pour reprendre aux besoins familiales,c’est ainsi que les enfants s’adonnent à ces travaux pour aider les parents.pur encore c’est ne pas seulement les garçons,mais aussi les filles qui se donnent aussi à la prostitution tjr pour subvenir à leurs besoins et les parents regarde impuissament les enfants car ils savent que c’est de là que quelle que chose à mettre sous la dent sortira.pour être bref c’est ne ni la faute des enfants ni des parents,mais la faute incombe au gouvernement car il doit donner un bon travail aux parents pour que ces derniers arrivent au point de résoudre les problèmes familiaux.