article comment count is: 0

Investir dans l’autonomisation des femmes pour une santé maternelle durable en RDC

En 2023, le président Felix Tshisekedi a lancé la gratuité des soins de maternité dans le cadre de son programme de couverture santé universelle. C’est une bonne nouvelle. Mais j’ai un peu de doute sur la pérennisation d’un tel programme. Qu’arriverait-il si le financement de la gratuité venait à faire défaut à l’avenir ?

Je pense que dans les conditions actuelles en RDC, le gouvernement congolais devrait, en plus de la gratuité, prioriser l’autonomisation financière des femmes. C’est cela qui leur permettra de mieux subvenir à leurs propres besoins, même en matière de grossesse et d’accouchement.

Offrir des soins de santé maternelle gratuits est une bonne chose pour une prise en charge de femmes mères et enceintes qui vivent dans la précarité. La gratuité améliore et facilite l’accès aux soins pour les femmes pendant la grossesse et après l’accouchement. Elle réduit les risques de mortalité maternelle et infantile. Mais je suis dubitatif sur l’avenir de cette gratuité. A mon avis, la vraie solution devrait consister à combiner cette politique avec d’autres approches pour la rendre durable.

Les défis de la gratuité de la maternité

Au vu des problèmes budgétaires récurrents dans notre pays, je crains que la gratuité de la maternité ne finisse par montrer ses limites. Sa viabilité financière à long terme ne me semble pas garantie. Déjà, le gouvernement a de très nombreuses priorités pour lesquelles il n’a pas de moyens. Il y a aussi le fait que la gratuité crée une dépendance continue et risque de décourager les initiatives locales visant à promouvoir la responsabilité individuelle en matière de santé, comme les mutuelles de santé, les assurances, etc. Ce qui est pourtant capital pour un peuple appelé à être le moteur de son propre développement.

J’estime que pour une santé maternelle durable, (sans rejeter la gratuité), il serait réaliste d’investir dans l’autonomisation financière des populations. Cela encourage la responsabilisation individuelle et communautaire en matière de santé, et contribue à une amélioration durable des conditions de vie, même au-delà des politiques gouvernementales.

 

Est-ce que vous avez trouvé cet article utile?

Partagez-nous votre opinion