article comment count is: 3

Les jeunes de Mbujimayi raffolent du chanvre

La consommation du chanvre bat son plein chez les jeunes de Mbujimayi. Le phénomène prend des allures de fléau. C’est un des principaux facteurs de violence et de dépravation des mœurs dans le Kasaï-Oriental.

Les jeunes qui se droguent n’ont aucun respect pour leurs parents, encore moins pour les autres. Ils ont la bagarre et l’insulte faciles. La plupart ne vont pas à l’école. A cela s’ajoute une prédisposition à la prostitution. Pire encore, ce sont ces jeunes drogués qui sont utilisés comme milices de certains partis politiques.

Trafic illicite 

La vente et la consommation du chanvre sont strictement interdites par la loi congolaise. Malheureusement le trafic se fait en secret et se porte bien. Un trafic entretenu par certaines autorités. Le comble est que bon nombre de consommateurs de chanvre se recrutent parmi les policiers et les soldats. C’est-à -dire parmi ceux qui sont censés lutter contre le phénomène. Au lieu de cela, ils facilitent l’impunité des trafiquants.

Bien que vendu en cachette, le chanvre est fumé en public sans aucune gêne. Plusieurs fois, les services de sécurité ont procédé à l’incinération publique de plusieurs tonnes de chanvre pour décourager les trafiquants, mais en vain. Les débits de boissons alcooliques, également lieux de consommation de drogues, sont aussi en nette augmentation à Mbujimayi.

 Pourquoi ils se droguent ?

Du côté des sportifs par exemple, se droguer aide à maximiser leurs performances. C’est ce que nous ont dit deux joueurs d’un club local de football que nous avons interrogés. Selon eux, quand ils sont drogués et qu’ils courent  sur le terrain de football, ils ne se fatiguent jamais. C’est donc du dopage.

Aujourd’hui les filles, surtout celles qui font des sports de compétition, sont entrées dans la danse. Elles fument matin, midi et soir. L’une d’elles déclare que fumer du chanvre, c’est comme « activer des mégabits pour se connecter » !

Pareil pour les creuseurs de diamant. Ils affirment que le chanvre leur donne la force et le courage de pénétrer dans les galeries souterraines même à quarante mètres de profondeur.

De leurs côtés, certains hommes sous le drapeau préfèrent fumer le chanvre surtout quand ils sont envoyés dans des opérations dangereuses. « C’est pour évacuer la peur », a déclaré un policier sous anonymat. Un autre va jusqu’à dire qu’il y a des choses qu’il ne peut faire que quand il est drogué, « tuer avec mon arme par exemple ! ».

 

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (3)

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.