article comment count is: 1

Kabila désavoué même par ses voisins

Le régime de Kabila n’attire plus la sympathie des pays voisins de la RDC. Désormais le raïs voit la liste de ses alliés se restreindre chaque jour davantage. En dehors des frontières, plus personne ne se hasarde à apporter un soutien officiel à un président hors mandat depuis décembre 2016.

Quand l’un après l’autre tes voisins les plus proches commencent à te tourner le dos, c’est plus qu’une sonnette d’alarme. C’est en tout cas ce qui arrive au président Kabila depuis qu’il essaie de se maintenir au pouvoir par différents subterfuges. Le moins qu’on puisse dire est que le régime de Kinshasa, victime de cette méfiance diplomatique, n’inspire plus confiance nulle part, même en Afrique.

Torpillage du processus électoral, crise politique gravissime, massacres à répétition dans différentes provinces, un président accroché au pouvoir… Autant d’éléments qui, somme toute, ne peuvent qu’entraîner l’isolement du président et du pays. Plusieurs fois appelé à revenir au bon sens, le régime de Kabila est resté égal à lui-même, et par conséquent a perdu le soutien de plusieurs grandes puissances occidentales.  

Aujourd’hui, c’est au tour des chefs d’Etats des pays de la région d’Afrique centrale et australe de prendre leurs distances. Certains n’y vont pas avec le dos de la cuillère. La plus vive des réactions reste pour le moment celle du nouveau président Mokgweetsi Masisi fraichement investi à la tête du Botswana. Il ne cache pas son inquiétude au sujet de l’avenir très incertain du plus grand pays d’Afrique subsaharienne. Selon lui, « la tragédie en RDC est que son président est resté au pouvoir plus longtemps qu’il ne le fallait et il y a énormément d’agitations ». Le président botswanais exhorte Joseph Kabila à « s’engager à ne pas tenter de revenir au pouvoir par quelque moyen que ce soit ». 

Il faut rappeler que peu de temps avant, le président angolais demandait également à son homologue congolais de déclarer ouvertement qu’il ne se présenterait pas pour un troisième mandat. Bien entendu cette demande n’a pas obtenu satisfaction.

Les voisins refusent de se faire contaminer par le virus congolais

La RDC, entourée de multiples pays limitrophes, occupe une position stratégique à tous points de vue. Tout ce qui arrive au Congo a naturellement des répercussions directes ou indirectes sur ses voisins. Il est évident que les problèmes politiques, sécuritaires, la crise humanitaire, mais aussi les mouvements de déplacés et de réfugiés en RDC affectent également les voisins.

Le régime de Kabila, jusque là insensible à la pression occidentale, est entrain de se mettre à dos ses parrains et alliés africains. Peut-on espérer cette fois une solution efficace et définitive de la part de ces derniers ? Quoiqu’il arrive, au point où l’on en est, les Congolais sont prêts à accueillir toute solution, d’où qu’elle vienne, pourvu qu’elle permette de faire partir un Kabila au pouvoir depuis janvier 2001 et qui prend racine.

 


Vous pouvez lire aussi : Joseph Kabila l’immuable, l’éternel ?

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (1)

  1. Si Mr Kabila était prudent, il tournerait les pages en arrière un peu pour voir ce qui était arrivé à MOBUTU qui voulait se maintenir au pouvoir.
    Qu’il attende.
    un feu se prépare quelque part.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.