article comment count is: 0

Kalundu : un port international enclavé par la vétusté et l’insécurité

Le port international de Kalundu est exploité par la société nationale de chemins de fers (SNCC) sur les côtés du lac Tanganyika dans la ville d’Uvira, dans la province du Sud-Kivu à l’est du pays.

« La communication a ses exigences : être nantie des infrastructures qui en facilitent la tâche. La province du Sud-Kivu est confrontée à ce problème. Il lui faut des infrastructures de transport et de communication pour qu’elle devienne compétitive sur le marché et dans le commerce mondial », souligne en introduction l’auteur Seth Jojoh Kirangwa dans son livre Le port de Kalundu et son degré d’ouverture au commerce international.

Anciens navires abandonnés sur les rives du lac Tanganyika.

« Le port de Kalundu, deuxième en République Démocratique du Congo quant à son importance et sa position géostratégique, mérite qu’il soit réhabilité pour qu’il joue son rôle de point de ralliement des marchandises dans la région. Sa position lui donne d’ouvrir la province au commerce international et servir aux besoins considérables de la demande de ses services », recommandait l’auteur lors de la publication de son livre en 2012.

Fin 2017, Albert Numbi Kayumba, directeur provincial de la SNCC/Sud-Kivu, annonçait le lancement imminent des travaux de dragage du port de Kalundu, deuxième plus grand port de la RDC après celui de Matadi. Ces travaux qui trainent à démarrer font ralentir l’essor de cette porte de sortie et d’entrée de la République Démocratique du Congo vers l’Asie via la Tanzanie, le Burundi et la Zambie.

Outre la vétusté des infrastructures de ce port qui l’enclave du trafic international, le délabrement des routes reliant la ville d’Uvira à d’autres villes de l’est de la RDC.

Bâtiments administratifs et entrepôts du port de Kalundu en état vétuste.

Sur les flancs des monts Mitumba, cette infrastructure présente le visage d’un port abandonné. De vieux navires en panne, des bâtiments aux allures coloniaux, un quai envahi par du sable… sont les premières images qui se présentent aux visiteurs de ce port.

« Ces immeubles devraient être emménagés et donneraient à ce port un standard d’autres ports étrangers situées sur les bords du même lac Tanganyika », s’indigne un capitaine de bateaux s’exprimant avec Habari RDC.

Outre le déficit en infrastructures, le port de Kalundu connaît une baisse de fréquentation suite à l’insécurité que connaît la ville d’Uvira. Le 28 septembre 2017, cette deuxième cite du Sud-Kivu est attaquée par les rebelles Maï-Maï Yakutumba, fragilisant ainsi la stabilité de cette agglomération.

Un bateau en pleine construction au chantier naval du port de Kalundu

 

Une équipe essentiellement Congolaise ajancent des pièces sur un bateau en pleine construction.

 

Partagez-nous votre opinion

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.