article comment count is: 0

Kongo Central : agissons pour protéger les jeunes contre la consommation de drogue

En marge de la journée  internationale de la jeunesse le 12 août dernier, la Fondation Thalia Malko, Fotham en sigle,  a organisé une conférence-débat dans la cité de Bangu à Kimpese dans la province du Kongo Central. Thème du jour : « La jeunesse et la drogue. » Étaient invités : des jeunes, des autorités locales, des leaders des associations, des ONGD et des médecins.

Comme vous le savez, de la consommation de drogue naissent les délinquants, les dépravations des mœurs et les associations de malfaiteurs.  L’objectif de notre conférence à Kimpese était de sensibiliser les jeunes sur le fléau de la drogue devenue une véritable gangrène en RDC. Nous en avons profité pour encourager les jeunes à faire de l’entrepreneuriat.

En RDC, la drogue communément appelée Bombé est de plus en plus consommée par les jeunes. Pourtant, elle est constituée de substances très dangereuses pour leur santé. Les autorités regardent ce fléau continuer et se répandre sans intervenir efficacement. On sait que la loi interdit la consommation de drogues, mais elle n’est pas assez appliquée.

En effet, la loi sur la drogue existe depuis 1903 en  République démocratique du Congo. À l’époque, elle s’attaquait à la culture et à la consommation du chanvre au Congo belge. Il est urgent de mettre cette loi à jour pour l’adapter au contexte actuel qui connait une grande évolution en matière de consommation de drogue. Je pense que l’État congolais a intérêt à s’impliquer dans ce problème. Il faut réprimer sévèrement ce phénomène Bombé. Mieux vaut prévenir que guérir.

Si on est d’accord que la jeunesse est l’avenir du pays et le socle du développement d’une nation, nous devons protéger cette jeunesse contre la corruption et les dépravations des mœurs. Laisser les jeunes consommer à longueur des journées des substances nocives à leur cerveau c’est hypothéquer l’avenir du pays.

Disons tous non à la drogue dite « Bombé » dans notre pays !

 

 

 

 

« Cet article est écrit avec l’appui technique d’Internews, grâce au financement de la coopération suédoise, l’USAID et la coopération suisse.  Les opinions partagées dans cet article ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Agence Suédoise de Développement International (ASDI), de l’USAID, la coopération suisse, ainsi que des gouvernements suédois, des États-Unis et suisse. »

 

Est-ce que vous avez trouvé cet article utile?

Partagez-nous votre opinion