article comment count is: 2

La différence entre Mandela et nos politiciens congolais

Toute lutte politique sans idéal, c’est comme un bateau sans timonier. Vous êtes politicien ? Sachez que des hommes et des femmes vous ont précédés dans le « métier » de la politique. Certains ont été piètres et mesquins ; d’autres plus illustres et exemplaires. C’est le cas de Nelson Mandela. Le monde lui a dédié la journée du 18 juillet.

Je préfère prendre l’exemple de Mandela, car je sais que si je prends des exemples congolais nous ne nous mettrons pas d’accord. Mandela a vécu et a laissé une histoire. Celle d’un vaillant combattant de la liberté et de l’égalité des races. Il a aussi milité pour le droit de vote de ses concitoyens noirs à travers le slogan : One man one vote. Ce qu’il a fait dans sa vie prouve qu’il faut être un vrai patriote pour se préoccuper des problèmes de toute une nation.

Le pays d’abord, ma vie après

Je pense que c’est ce qui était le leitmotiv de Madiba. Pourtant, S’il était un homme corruptible comme c’est le cas avec les politiciens congolais, il n’aurait pas accepté de rester 27 ans en prison. Il aurait pu accepter des pots-de-vin du régime d’apartheid, gagner de l’argent, un bel emploi et laisser la discrimination raciale continuer en Afrique du Sud. Mais il a sacrifié sa vie et ses intérêts personnels pour son peuple. A la place, les politiciens congolais actuels se seraient simplement partagé l’argent la nuit et laisser la situation pourrir.

Mandela a quitté volontairement le pouvoir

Elu président de la République, Mandela a quitté le pouvoir sans avoir démérité. Il n’a pas préféré prendre un second mandat, laissant la présidence à Thabo Mbeki. Rarement, très rarement,  vous trouverez une telle attitude chez les politiciens congolais. Regardez comment ils s’entretuent pour des postes ministériels. Et une fois au gouvernement, chaque ministre travaille pour son camp politique plutôt que pour le peuple. Objectif : rester coûte que coûte au pouvoir, par des manigances. Chez nous, c’est la politique du ventre, la course à l’enrichissement illicite en puisant dans les deniers publics. Mandela n’était pas comme ça.

Mandela l’apôtre de la paix

L’ancien président sud-africain était un fervent panafricaniste. Il a offert ses bons offices pour la paix dans plusieurs pays du continent, et même en RDC. C’est lui qui avait mené la médiation entre Mobutu et Mzee Kabila sur le bateau SAS Outeniqua. Cette médiation a échoué car les politiciens congolais n’ont pas la culture de la paix. À la moindre mésentente, ils menacent de brûler le pays.

Pour une nation arc-en-ciel                                                                                 

La lutte de Madiba n’était pas de créer une République des seuls noirs en Afrique du Sud. Il savait que dans son pays, il y a des blancs, des métis, des jaunes, des noirs, des étrangers… Et chaque race a sa place dans la société. Voilà pourquoi Mandela a soutenu l’idée d’une nation arc-en-ciel et non une nation mono-raciale. C’était dans l’objectif de protéger l’unité du pays. Par contre, en RDC, nos leaders politiques ignorent tout de l’unité nationale. Dans leurs meetings ou marches pacifiques, les discours sentent un relent de haine tribale. Le Congolais est prêt à prendre les armes contre son propre peuple, à déchirer le drapeau de son propre pays devant les caméras et à l’étranger.

Franchement, j’ai honte de mes compatriotes. Si nos dirigeants suivaient l’exemple de Mandela, beaucoup de changeraient au Congo.

 

Est-ce que vous avez trouvé cet article utile?

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (2)