article comment count is: 1

Lambert Mende rêverait-il d’élections sans réseaux sociaux au Congo ?

Outils de propagande pour plusieurs politiques, dans un pays où l’opposition et la société civile n’ont pas suffisamment accès aux médias, les réseaux sociaux changent la communication publique en RDC. Curieusement, le ministre des Médias Lambert Mende voudrait réglementer l’usage des réseaux sociaux. Une lutte qui ressemble à une tentative du gouvernement d’avoir une mainmise sur les données d’utilisateurs de Facebook et de Whatsapp.

« Réguler » les réseaux sociaux n’a rien de si grave à mon avis. Sans réglementation, c’est le chaos pour toute chose, en particulier les services publics. Un impératif partagé par l’ancien ministre Tryphon Kin-kiey Mulumba. « Ah ! Ces réseaux sociaux ! Le pire mais c’avait pu être le meilleur ! Que faire ? Envahis par les pirates et les malfaisants. Les grands du monde ont raison de penser à une régulation de ces plateformes. Ce Congo doit s’y mettre en mode d’urgence », lançait Kin-Kiey sur Twitter, en soutien à la démarche de Mende qui annonçait des entretiens avec la direction de Facebook.

Mais les réseaux sociaux ne distillent pas toujours que de fausses nouvelles (FakeNews), ni ne font tomber des dirigeants ou des régimes. Ils facilitent aussi les contacts entre les peuples, l’exercice des libertés, les recherches, la participation citoyenne et la résistance utiles à la démocratie. On n’oublie pas qu’une économie numérique sans les réseaux sociaux perdrait beaucoup, partout dans le monde. C’est pour cela que nos données sur les réseaux sociaux sont précieuses, même si elles le sont aussi pour ceux qui veulent réprimer les libertés.

Mende veut-il s’ériger en sentinelle contre les FakeNews ?

S’il pointe les fakenews, le ministre des Médias est connu pour être l’un des coupeurs d’Internet au Congo. Depuis la contestation anti-Kabila, il a plusieurs fois accusé les réseaux sociaux d’attiser la haine, de déstabiliser le pays, bref, de faire plus de mal que de bien, selon lui.

Raison pour laquelle nous pensons que quelqu’un comme monsieur Mende ne rassure pas lorsqu’il prend les devants d’un processus de réglementation d’une réalité sociale aussi importante qu’Internet. Ce n’est pas pour rien que l’ONU a qualifié Internet d’un média de droit de l’Homme !

 


Vous pouvez lire aussi : Couper l’Internet, une atteinte à nos droits fondamentaux

 

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (1)

  1. les reseaux sociaux n’a rien toucher aux elections et pourquoi ce pauvre mende veut toujours ouvrir sa sale bouche qui a l haleine pour dire ce qui lui vient dans sa grosse tete

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.