article comment count is: 1

Les Pygmées congolais marginalisés

Aujourd’hui, les Pygmées revendiquent leurs droits en tant que citoyens congolais. Un rapport d’Amnesty international paru en 2009 estime qu’ils seraient aujourd’hui 50 000 au Congo. Ils sont connus sous le nom de Bacwa, Bambutti et Batwa. La forêt, leur habitat naturel, est systématiquement détruite par les exploitants de bois. Conséquences : leur mode de vie est boulversé et les pygmées n’ont plus de logement. Ils sont victimes de malnutrition et de maladies. Récemment, ils ont d’ailleurs organisé une marche de la colère dans les rues de Kinshasa pour attirer l’attention du chef de l’Etat.

Pas un seul pygmée au gouvernement

Aujourd’hui encore, ce peuple est ignoré par le gouvernement. Dans une interview donnée à Amnesty international, un chef pygmée déclarait : « nous sommes mis de côté, alors que nous sommes les premiers habitants de ce pays. Nous sommes exclus de la gestion des affaires publiques ». Car si certains Pygmées ont pu étudier et décrocher des diplômes universitaires, leurs compétences ne sont jamais reconnues à juste titre et ils sont peu nombreux à décrocher des postes à responsabilités. Ils sont aussi absents du paysage politique congolais : aucun Pygmée n’a été ministre, gouverneur de province ou ambassadeur.

A Mbujimayi, les quelques Pygmées que je connais n’ont pas d’emploi. Ils revendent juste quelques objets d’art ayant peu de valeur, ainsi que des produits issus de la médecine traditionnelle.

Des préjugés

Dans l’imaginaire collectif des Congolais, les Pygmées sont comparés à des nains, des personnes ne mesurant pas plus d’un mètre. Pourtant les pygmées sont parfois aussi grands que les Bantous.

Lambert Beloko, président de l’association des peuples autochtones du Kasaï, milite pour les droits des Pygmées. A travers la société civile, il les encourage à ne pas rester dans l’isolement. Son combat : que les Pygmées soient des citoyens à part entière, et qu’ils aient le droit d’être représentés dans toutes les plus hautes institutions publiques en RDC.

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (1)

  1. La loi nous garantie les mêmes droits tous. pygmés, atochnones, bantous sommes égaux en dignité et en droit. voici pour quoi je vien de sortir une chanson pour plaider en faveur des pygmées et des peuples autochnoque. [email protected]

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.