article comment count is: 0

Mon mari vit avec une autre femme en voyage, que puis-je faire ?

Quand il a perdu son boulot à Kananga, mon mari Benoît a décidé d’aller se débrouiller en Angola. Il m’a laissée avec Judith, notre première fille de 2 ans et j’étais également enceinte. En son absence, j’ai mis au monde un joli garçon qui porte son nom. Mais depuis que Benoît est parti, il ne m’appelle plus. Et les années passent.

Honnêtement, je dois avouer que les deux premières années qui ont suivi le départ de Benoît en Angola, tout allait bien entre lui et moi. Il m’expédiait régulièrement de l’argent, envoyait des cadeaux d’anniversaire à nos deux enfants, demandait les nouvelles de mes parents, me chuchotait des paroles d’amour au téléphone, etc. Quant à moi, je passais mon temps à l’église à prier pour lui pour que Dieu le protège et lui donne un bon emploi en Angola afin que je le rejoigne avec les enfants.

Plus aucune nouvelle de Benoît

À sa troisième année dans la province de Lunda Norte en Angola, silence radio : Benoît ne m’appelle plus. Plus grave, il a même changé de numéro de téléphone.

J’ai commencé à m’inquiéter. J’aime Benoît. Qu’est-ce qui a pu arriver à mon mari ? Est-il tombé gravement malade ? Est-il en prison ? Ici au Congo, ses frères et ses parents n’ont aucune nouvelle de lui non plus. Benoît est-il mort ou vivant ? Entre-temps, je suis seule et sans emploi, et la charge des enfants pèse sur moi. La souffrance est telle que je dois parfois revendre mes jupes pour amener ma fille Judith à l’hôpital. Et chaque fois, elle ne cesse de me demander : où est papa ?

En 2018, je suis moi-même tombée gravement malade. J’ai passé trois mois à l’hôpital. Bien sûr, mes parents étaient avec moi et m’assistaient, mais j’avais besoin de la présence de Benoît.

Benoît s’est marié en Angola !

Ça c’est la pire des trahisons. J’ai failli me suicider en apprenant une telle nouvelle. Je vous explique comment je l’ai su. Je me suis rendue à Tshikapa par camion pour tenter de traverser la frontière et aller à la recherche de Benoît en Angola. Mais le concours des circonstances a fait que je rencontre une nouvelle vague de ressortissants congolais qui venaient d’être expulsés de l’Angola. Je me suis dit que peut-être Benoît est parmi eux. Alors qu’ils étaient en train d’être enregistrés par les services congolais, je me suis mise à crier parmi ces refoulés : « Écoutez ! Je suis Malou, je cherche mon mari Benoît. Il était en Angola. Je n’ai pas de ses nouvelles depuis 6 ans. »

Comme par hasard, un homme me répond dans la foule : « Quel Benoît cherches-tu ? » Je me suis approchée et lui ai dit : « Monsieur, je cherche Benoît Nkulu. C’est mon mari. Tu le connais ? »

Mais l’homme a l’air perdu et très étonné. Il me pose la question : « Attends ! Tu es sa sœur ou sa femme ? » Je dis : « C’est moi sa femme, monsieur. Benoît m’a laissée avec deux enfants depuis 6 ans maintenant. Je ne sais même pas s’il est en vie. »

C’est alors que l’homme décide de me faire des révélations. Il me dit : « Madame, je ne te crois pas. Benoît Nkulu c’est mon ami. Il s’est marié dans la province de Lunda Norte. Sa femme a mis au monde il y a environ un mois. C’est son deuxième enfant. Mais nous on a été expulsé de l’Angola. Lui a eu de la chance, il est resté. »

Des photos de mariage pour m’assommer

Pour confirmer ses propos, l’homme me montre une photo du jour de mariage de Benoît dans une église en Angola. Une jeune femme en robe de mariée en train de lui mettre l’anneau au doigt. Je me suis évanouie, car j’ai bel et bien reconnu Benoît sur la photo. Et il y a une deuxième preuve : cet homme m’a passé le nouveau numéro de téléphone de Benoît. J’ai vite appelé et sa femme a décroché avant de me le passer. Dès que je lui ai dit : « Allô, bonjour chéri. Je suis ta femme Malou en RDC ! » Il a immédiatement raccroché et ce numéro ne passe plus. Ah ! Les hommes…

 

Est-ce que vous avez trouvé cet article utile?

Partagez-nous votre opinion