article comment count is: 3

Ces meubles tant convoités par les Gomatraciens !   

2) Un salon complet de canape¦üs expose¦ü a¦Ç la vente apre¦Çs fabrication,un salon complet de canapés explosé à la vente après fabrication

A Goma, la production de mobilier prend une nouvelle ampleur. C’est toute une industrie qui se développe par le biais de moyens et de compétences locaux. C’est la fin de l’importation massive de chaises, fauteuils, lits, armoires, canapés, tables…

16) Quatre jeunes sGÇÖoccupent a¦Ç tailler les planches dans la machine a¦Ç taillage

 

 

 

 

 

 

 

4 jeunes taillent des planches

Ces jeunes entrepreneurs congolais ont déjà conquis le marché local, faisant ainsi délaisser l’importation européenne et chinoise de meubles. Ils sont menuisiers, brodeurs, peintres, garnisseurs et machinistes. Tous unis à Goma pour satisfaire les besoins de la ville en meubles de maison et de bureau par les compétences et les moyens locaux.

4) Un porte appareil en bois et plusieurs canape¦üs expose¦üs dans lGÇÖatelier

 

 

 

 

 

 

 

      un porte-appareil en bois et plusieurs canapés exposés dans l’atelier

Parmi tant d’autres, on a visité l’atelier de mobiliers : Centre-Ville. Bien sûr, mal construit comme les autres. Devant, à ciel ouvert se trouve la partie où sont exposés les meubles à vendre. Malgré les maigres moyens et un outillage pauvre, leur production est étonnante. On dirait, des meubles fabriqués dans les usines occidentales luxueuses. La motivation de ces jeunes à créer de la richesse  dépasse les attentes. Pour y arriver, ils utilisent comme matières premières : planches, matelas, velours, peinture, colle, clous, pneus usés, cuir…

6) Un jeune entretient une carcasse a¦Ç plaquer dans lGÇÖatelier

 

 

 

 

 

 

 

       un travailleur taille le matelas à coller sur le cadre en bois d’un canapé

Le fait que le travail manque à Goma pousse les jeunes innovateurs à se dépasser. Cet atelier compte plus de 25 jeunes entrepreneurs indépendants. Chacun produit ses articles à la volonté de sa clientèle. Ils se partagent uniquement le coût du loyer et les taxes, et cela depuis 2009. Un salon complet coûte de 500 à 1000 dollars, par exemple. Un prix bon marché estime Théo 34 ans. C’est l’un des anciens de la profession. En moyenne, chacun d’eux touche plus de 600 dollars de revenu mensuel. Un salaire déjà correct comparé au 90$ mensuel du SMIG.

15) Un jeune entrain de fabriquer un cadre pour une chaise

 

 

 

 

 

 

 

             Un jeune entrain de fabriquer un cadre pour une chaise

7) Un jeune entretient une carcasse a¦Ç plaquer dans lGÇÖatelier,

 

 

 

 

 

 

 

                     Un jeune entretient une carcasse  à plaquer dans l’atelier

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (3)

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.