article comment count is: 0

Nos dirigeants sur les réseaux sociaux

« Je ne connais pas la webcam, je n’ai jamais utilisé ça ». Cette phrase est celle de notre ancien vice-ministre des postes télécommunication et nouvelles technologies de l’information et de la communication (PTNTIC).

Le ministre masturbateur

J’avoue que je ne connaissais même pas qui était notre vice ministre des PTNTIC avant qu’il ne commette l’acte le plus célèbre de toute sa carrière de ministre. Effigie du président derrière lui, habillé en chemise, cravate et lunette, assis sur son fauteuil ayant l’allure de quelqu’un qui signe des documents ; monsieur le vice-ministre des PTNTIC s’adonne à des plaisirs solitaires devant skype et la webcam de son ordinateur de bureau. Cette vidéo véhiculée en masse sur les réseaux sociaux lui a valu des hastags : #Sebineza, #SebinezaMustGo #MinsitreMasturbateur. Quelques heures après son apogée médiatique, son déclin s’en ait suivi. Le ministre est destitué de son poste.

Twitter, le révélateur des pensées cachées

« Les léopards viennent de donner un 3e mandat à Joseph Kabila, par cette victoire », pouvait-on lire sur un tweet d’Henri Mova Sakanyi, secrétaire général du PPRD avant qu’il ne soit effacé sous prétexte d’un piratage. Le pauvre tweet n’a vécu que quelques minutes ! Mais qui piraterait le compte d’un cadre de la majorité pour y écrire un tweet allant dans le sens du PPRD ? Probablement un auto-piratage donc !

Comme lui, son camarade Triphon Kin-Key, qui scande constamment que les congolais désirent voir Kabila en poste après la fin de son mandat, vient aussi de se faire remarquer sur tweeter. Dans un text, il insulte l’opposant et candidat présidentiel, Moise Katumbi, le traitant de « primerien » et d’« apprenti sorcier ».

Le clou du désastre, pour ne pas dire spectacle, revient au gouverneur du Nord-Kivu, Julien Paluku. Il préfère passer son temps à féliciter l’équipe de Barcelone sur twitter alors que chaque jour, dans la ville de Beni, son peuple continue à être tué à coups de machettes, sans qu’il ne dise mot.

Quoiqu’il en soit, si nos dirigeants sont discrets dans la vie réelle, ils n’arrivent pas à l’être sur les réseaux sociaux. Les nouvelles technologies et les réseaux sociaux ont des côtés positifs mais il faut savoir s’en servir pour éviter le pire. #SebinezaEstParti mais qui sera le prochain ? Facebook et twitter nous en diront plus.

Partagez-nous votre opinion

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.