article comment count is: 2

L’opposition se rangera-t-elle derrière Fayulu ?

La nouvelle continue à surprendre en République démocratique du Congo comme à l’étranger. Alors que l’on attendait que le conclave de l’opposition à Genève nous annonce Vital Kamerhe de l’UNC ou Félix Tshisekedi de l’UDPS, contre toute attente c’est le nom de Martin Fayulu qui est sorti de la « fumée blanche » dimanche. Ainsi donc c’est Fayulu le candidat commun de l’opposition qui affrontera le candidat du pouvoir Emmanuel Ramazani Shadary à la présidentielle du 23 décembre.

Le choix du leader de l’Engagement pour la citoyenneté et le développement (Ecidé), Martin Fayulu paraît comme celui d’un petit candidat parmi les deux grands de l’opposition congolaise : Kamerhe et Félix dont les candidatures ont été validées par la Commission électorale nationale indépendante. Toute la question est celle de savoir si Fayulu pourra faire le poids devant la machine du candidat du pouvoir, Emmanuel Ramazani Shadary. C’est tout à fait possible avec le soutien de l’électorat d’autres poids lourds de l’opposition tels que Jean-Pierre Bemba, Moïse Katumbi, Félix Tshisekedi ou encore Vital Kamerhe. Dans tous les cas, il y a fort à craindre que les militants de tous ces leaders ne suivent pas les consignes.

Si Fayulu a été choisi par ses pairs, c’est probablement grâce à son parcours. Il n’est pas un illustre inconnu. Il a été élu député à Kinshasa où plusieurs l’ont vu en tête des manifestations de l’opposition. Il est réputé intrépide, et a déjà risqué sa vie pour son engagement dans la lutte pour l’alternance au pouvoir. L’homme a refusé de toucher ses émoluments de député, estimant que le Parlement en dépassement de mandat est devenu illégitime. Mais sa force pourrait être sa capacité à ne pas être disqualifié de la présidentielle, tant il paraît ne pas avoir de gros ennuis avec le pouvoir. La loi électorale prévoit qu’un candidat peut être débarqué à n’importe quel moment avant les élections, s’il est établi qu’il est inéligible. Ce qui, ces derniers temps, n’a cessé de nourrir des soupçons de mise à l’écart de certains candidats de l’opposition, notamment Félix Tshisekedi.

Des ténors imprévisibles

Autant la désignation de Shadary, côté majorité a surpris tout le monde, autant celle du leader de l’Ecidé a déjoué les pronostics. Le 23 décembre, le pays vivra un duel Shadary vs Fayulu, mis à part la quinzaine d’autres candidats plutôt minuscules qui sont eux aussi en lice. Déjà la campagne électorale proprement dite sera lancée officiellement la semaine prochaine. Kamerhe et Félix, avec les egos qu’on leur connait, vont-ils battre campagne pour Martin Fayulu ? Rien n’est moins sûr.

Tshisekedi par exemple est à la tête du premier parti de l’opposition, arrivé deuxième à la présidentielle de 2011. Un récent sondage le donne en tête des élections, avant le candidat du pouvoir, Shadary. Kamerhe quant à lui est ancien président de l’Assemblée nationale ; il avait terminé troisième à la présidentielle de 2011 et a théoriquement un bon électorat à l’est de la RDC. Bref, mise à part l’éventualité des fraudes électorales, c’est la capacité de l’ensemble de l’opposition à se ranger derrière Martin Fayulu qui pourrait faire la différence aux urnes le 23 décembre.

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (2)

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.