article comment count is: 12

Procès Kamerhe : un réquisitoire sévère du ministère public

J’ai eu mal au cœur quand j’ai entendu le ministère public prononcer son réquisitoire : 20 ans de travaux forcés contre Vital Kamerhe ! Des années d’inéligibilité et d’autres peines encore. Heureusement que ce n’est qu’un réquisitoire, le dernier mot reviendra au tribunal. Mais que de suspense dans ce procès dit de 100 jours devenu quasiment procès des maisons préfabriquées !

Les fameuses plaidoiries des parties se sont ouvertes et refermées le même jour ce jeudi 11 juin 2020 à la prison de Makala. Désormais, le sort des prévenus est suspendu à la sentence que prononcera bientôt le tribunal. Pour le moment, la cause est prise en délibéré. Le juge Pierrot Bankenge Mvita a annoncé la date du samedi 20 juin 2020 pour savoir si le directeur de cabinet du chef de l’Etat sera acquitté ou condamné.

À ce sujet – pardonnez-moi, mais c’est mon opinion – je n’ai jamais été d’accord que le sort d’un homme puisse être décidé par un autre homme ou un groupe quelconque, fut-il un tribunal.

Tous les prévenus ont plaidé non coupables

Au sujet des préventions de détournements de deniers publics, corruption, blanchiment des capitaux, Samih Jammal, Jeannot Muhima et Vital Kamerhe ont clamé leur innocence jusqu’à la fin. « Je suis innocent ! Je suis innocent ! Je suis innocent ! Dieu est témoin… », a martelé le Libanais Samih Jammal.

Personnellement, j’ai été très ému par les derniers mots du directeur de cabinet du chef de l’Etat. « Les juges de cette terre peuvent me condamner à 20 ans, 30 ans… Mais Dieu au ciel est le dernier juge ! », a-t-il dit en substance. Et d’ajouter : « Ce procès est politique. Ce n’est pas un procès de Kamerhe, c’est le chef de l’Etat qui est visé. »  

Ainsi, j’ai donc constaté que dans leur dernière ligne de défense, les avocats de Vital Kamerhe ont pointé une main noire (sans la nommer) qui serait derrière la justice pour contrecarrer les actions à impact visible du chef de l’Etat. Un des avocats de Kamerhe a même dit : « Ce n’est pas un procès contre Kamerhe, mais plutôt contre le programme de 100 jours du président Félix Tshisekedi. On a eu le programme de 5 chantiers, et celui de la révolution de la modernité, il n’y a jamais eu de procès. Curieusement, dès que Tshisekedi lance la réhabilitation des routes, les sauts-de-mouton, les maisons préfabriquées…des problèmes ont commencé. »

Kamerhe reste loyal à Tshisekedi ?

Autre chose que j’ai constatée dans le déroulement de ce procès, peut-être que je me trompe, mais j’ai vu que contrairement à ce qui se raconte sur les réseaux sociaux, le prévenu Vital Kamerhe reste attaché à Félix Tshisekedi. Depuis l’étape de l’instruction jusqu’à ce jour, il n’a rien dit qui soit la preuve d’une rupture entre lui et Fatshi. Bien au contraire, Kamerhe a tout fait pour protéger l’honneur du président.

Je doute fort que le directeur de cabinet ait continué à garder cette attitude de loyauté s’il se sentait trahi par son ami Tshisekedi.

 

Est-ce que vous avez trouvé cet article utile?

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (12)

  1. Je vous assure mon Pacificateur V.k que bientôt cest votre libération immédiate Dieu est là pour vous jai tres mal vraiment si je vois la rdc dans cet état et ne m’oubliez jamais mon numéro watsap est 0970498901

  2. VK c’est un homme d’État et on a pas droit de perdre cet homme dans la scène politique et s’il est condamné c’est l’avenir de tout un peuple qui sera en difficultés!

  3. Moi je trouve que le prévenu Kamerhe est innocent parce que jusqu’à lors on n’a pas vu les épreuves qui démontré que le monsieur Kamerhe avait détourner de l’argent.