article comment count is: 0

Pourquoi ne pas réglementer la consommation du cannabis en RDC ?

Appelé communément « diamba », « noix » ou tout simplement « matiti » par les Kinois, le cannabis est utilisé comme cigarette par beaucoup de jeunes à Kinshasa. Pourtant, tout le monde sait que sa vente est illégale. Dans certains coins de la ville (les kuzu et les « couloirs »), les fumeurs de chanvre s’isolent pour acheter ou vendre ce produit. Plus grave, parmi eux, on compte des policiers.

Nous sommes partis à la rencontre de ces fumeurs de chanvre dans un kuzu (coin caché) avec une seule question à leur poser… Pourquoi fumez-vous du chanvre alors que c’est interdit par la loi ? Beaucoup de ces fumeurs disent qu’ils le font pour des raisons selon eux justifiables. « Le chanvre me permet d’être en forme et de bien faire mon travail. Quand je le prends, je suis endurant et ça me permet de bien réfléchir, je ne fais pas de bêtises », affirme un policier trouvé parmi ces fumeurs.

Nous avons été très surpris que ces déclarations viennent d’un policier censé défendre la loi. Entouré de ses collègues fumeurs, il ajoute : « Nous connaissons beaucoup de pays comme la Colombie où la culture et la vente du chanvre est autorisée et cela ne fait de mal à personne. C’est ce que nous voulons ici, que l’on soit libre de consommer ce que nous voulons et assumer nos choix. » Le policier et ses amis se plaignent d’être souvent stigmatisés quand ils consomment du chanvre. Mais les fumeurs eux-mêmes le minimisent et ne voient pas les choses de cette façon.

La légalisation, certains pays le font déjà !

La liste des pays qui ont accepté de légaliser la culture et la consommation de chanvre s’allonge. L’Uruguay par exemple a ouvert la porte en 2013, en légalisant de façon encadrée la culture et la consommation de cannabis. L’Etat de Californie l’a fait en janvier 2018 et le Canada s’apprête à le faire en octobre selon le site lemonde.fr.

Aux Pays-Bas, l’usage et la revente de cannabis sont règlementés, mais pas encore légalisés. On peut acheter du cannabis dans les coffee shops, entendez des magasins ayant une licence spéciale pour cette vente. Là-bas, la  loi n’interdit pas sa consommation, mais elle se fait dans des endroits privés. La consommation dans les lieux publics est soumise à une réglementation plus stricte : pas de trouble à l’ordre public, pas de consommation en présence de mineurs (écoles, transports publics). 

On peut également réglementer à Kinshasa

Pourquoi ne pas s’inspirer de l’expérience des autres pour règlementer la consommation de cette drogue à Kinshasa, à défaut de la légaliser ? Une chose est sûre, pendant que les autorités gardent le silence, nous assistons chaque jour à des troubles à l’ordre public causés par les kuluna, consommateurs acharnés de chanvre. Il suffit de suivre l’émission télé « Kin Makambo » pour s’en rendre compte.

 Et ce n’est pas tout. En Afrique, plusieurs pays ont déjà mordu à l’hameçon. Le Lesotho cultive et exporte le cannabis depuis des années. Il est, depuis 2016, le premier pays africain à accorder une licence pour le cannabis à usage médical. L’Afrique du Sud a légalisé l’usage personnel et la culture de cannabis. Le Malawi, le Swaziland et le Ghana ont exprimé le besoin de dépénaliser et de légaliser la culture et la commercialisation du chanvre à des fins économiques. Pourquoi pas la RDC !

Le manque à gagner

Souvenez-vous, en 2011, le National Geographic rapportait que les forces rebelles avaient déboisé des zones protégées, dans le parc national de Virunga, pour y planter du cannabis, et que plusieurs gardes forestiers avaient été abattus par des miliciens désireux de protéger leur investissement lucratif. Point n’est besoin de rappeler les multiples saisies de quantité de cannabis à Kinshasa ou ailleurs, à l’intérieur du pays.

N’oublions pas que le cannabis, bien que interdit, est de plus en plus produit et consommé en RDC, même par les hommes en uniforme. Au lieu d’observer sans défense la propagation de la consommation de cette drogue, il est temps, à mon avis, de penser à règlementer son exploitation. 

 


Vous pouvez lire aussi : Et si la boisson aguene était légalisée

 

Partagez-nous votre opinion

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.