article comment count is: 2

Au revoir Matata Mponyo, voici ton bilan 

En principe, le bilan d’un homme politique fait rarement l’unanimité. Pour ce qui est de Matata Mponyo, nous présenterons juste les faits et chacun dressera son propre bilan du gouvernement sortant.

Sur le plan économique 

Le désormais ex-chef du gouvernement congolais avait fait de la stabilité macroéconomique son cheval de bataille. Pendant ses quatre ans au pouvoir, Matata Mponyo a pérennisé la stabilité de la monnaie nationale. Le dollar américain se changeait toujours autour de neuf-cents francs congolais. C’est donc là une des réussites du gouvernement Matata.

A cela s’ajoutent une croissance économique à deux chiffres (9.2%) et la bancarisation de la paie des agents et fonctionnaires de l’État.

Seulement voilà, en pratique, la population n’a pas ressenti cette croissance dans son quotidien. Ces trois derniers mois, le franc congolais est en chute libre face au billet vert. Il faut désormais jusqu’à 1250 francs congolais pour un dollar. Conséquence : une hausse généralisée des prix des biens et des services. C’est la preuve que la stabilité monétaire tant vantée n’était pas bâtie sur des bases solides. Par ailleurs, il y a lieu de demander combien d’emplois réels ont été créés dans le pays sous Matata.

Sur le plan politique

Le règne de Matata Mponyo s’est caractérisé par la confiscation des libertés publiques, les arrestations arbitraires et la répression sanglante des manifestations de l’opposition. Les exemples sont légion, mais on peut mentionner entre autres les massacres des 19 et 20 septembre dernier, mais aussi ceux de janvier 2015.

Des opposants comme Moïse Katumbi, Martin Fayulu, Eugène Diomi Ndongala ont connu des poursuites judiciaires à caractère politique. Les jeunes militants de la Lucha ont plusieurs fois fait des navettes en prison.

Les coupures récurrentes d’Internet, du signal de RFI et d’autres radios locales étaient révélatrices de la volonté d’enterrer la liberté d’expression. On se souvient de l’expulsion de la RDC du directeur du bureau conjoint de l’ONU aux droits de l’homme Scott Campbell et de la représentante de Human Rights Watch Ida Sawyer, comme si le gouvernement voulait gérer à huis clos ses violations des droits de l’homme.

Sur le plan sécuritaire

La sécurité des Congolais aura été le parent pauvre du gouvernement Matata Mponyo. Surtout dans l’est du pays : Ituri, Nord-Kivu, Sud-Kivu et le Katanga.

Pendant deux ans, les compatriotes de Béni se sont fait égorger comme des animaux, sans que le gouvernement ne les protège. Les groupes Mai-Mai et les FDLR sont toujours-là et conservent toutes leurs capacités de nuisance.  Que dire des massacres interethniques entre Hutu, Nande, etc.

Dans l’ex-Katanga, Pygmées et Bantous s’entretuent tous les jours. Les miliciens du chef coutumier Kamuena Nsapu font régner la terreur dans les deux Kasaï. A Mbujimayi aujourd’hui, Matata n’a laissé ni eau, ni courant, ni Miba, ni infrastructures.

Beaucoup de choses à dire, mais l’espace d’un billet de blog ne permet pas de tout raconter sur Matata Mponyo. Il a fait son temps, nous lui souhaitons bonne chance pour la suite de sa carrière politique.

 

 

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (2)

  1. Dans toute chose y a un début et une fin. Chacun peut dresser le bilan de l’ex chef du gouvernement et moi j’en ai fait mien que je connais parfaitement bien

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.