article comment count is: 0

[Revue de presse] Alternance au pouvoir réussie en Angola, les Congolais sont envieux

« Les Angolais tournent la page Dos Santos, les Grands Lacs en salivent ». Un titre, avouons-le, polémique de Cas-Info. À travers leurs élections, le peuple angolais dit « bye-bye » au président Dos Santos, l’homme qui aura passé 38 ans à la tête du puissant voisin de la RDC.

« Après 38 ans de règne sans partage, le président angolais, 74 ans, raccroche les crampons », commente Cas-Info. De quoi gêner l’Afrique des Grands Lacs, voire l’Afrique centrale entière car ici des dirigeants s’accrochent au pouvoir au prix de violences. « Non, il n’y a pas que des présidents à vie dans cette région trouble », poursuit le média. Avant de conclure : « Voilà qui va nous changer un peu de nouvelles sur les présidents qui s’accrochent à leur fauteuil et qui ne veulent pas s’en aller après avoir épuisé leur bail dans les palais présidentiels. »

La RDC pourra-t-elle connaître aussi une alternance douce comme l’Angola ?

« Les Angolais, eux, ont pu voter », interpelle l’opposant en exil Moïse Katumbi, titre La Libre.be Afrique. Cet opposant congolais interroge : « Pourquoi les Congolais ne pourraient-ils pas avoir la possibilité de passer par les urnes pour choisir librement leur favori dans une élection ouverte et même inclusive? »

« Regardez l’évolution de ce pays », interpelle l’opposant qui souligne que l’Angola est sortie de 25 ans de violences et s’impose aujourd’hui comme « un des moteurs de l’Afrique centrale et de l’Afrique sub-saharienne. Son budget est plus de dix fois supérieur au budget de notre RDC alors que nous disposons de bien plus de richesses que les Angolais. »

L’Angola aura la RDC à cœur comme priorité

L’Angola a accueilli plus d’un demi-million de réfugiés congolais de RDC victimes des violences des Kamwina Nsapu dans les Kasaï. Pour cette raison, la République démocratique du Congo « sera la première priorité du prochain président angolais. » C’est ce qu’indique « un récent rapport publié par le think tank britannique Chatham House », écrit le média allemand Deutsch Welle (DW). Ce média ajoute l’analyse de l’opposant jacques Ndjoli, ancien numéro deux de la CENI. Pour lui, l’Angola peut inverser l’influence des voisins de l’est de la RDC qui influencent le Congo [y compris en le poussant vers le troisième mandat. Ndlr]. Jacques Ndjoli poursuit sur la Deutsche Welle :

« « Si l’Angola imprime une nouvelle vision de relations pour […] créer cette culture politique démocratique de l’Ouest [sur] le Congo, cela peut contrebalancer la culture politico-militaire de l’Est qui était soutenue par le Rwanda et l’Ouganda. » »

Partagez-nous votre opinion

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.