article comment count is: 1

La « Séro-ignorance », pour ne pas s’inquiéter du VIH à Lubumbashi

Se faire dépister du VIH/Sida est un fait rare à Lubumbashi. Entre courir le risque de se savoir atteint de cette maladie taboue et vivre sans y penser, sain ou atteint, le choix régulier porte sur l’ignorance de son état sérologique. 

Ils sont rares ces habitants de Lubumbashi qui se rendent à l’hôpital, de plein gré, pour se faire dépister du VIH. La raison n’est pas l’ignorance mais la peur car cette maladie résonne comme une condamnation à mourir. Pourtant, se faire dépister régulièrement, lorsqu’on a connu des rapports sexuels non protégés, permettrait de lever tout soupçon. Mais à Lubumbashi, des personnes préfèrent rester dans l’ignorance !

La séro-ignorance, un risque

Certaines personnes recourent aux tests personnels, disponibles dans des pharmacies. Seulement, un test sans y associer un conseiller médical ne produit qu’un homme instable face aux résultats.

Un pharmacien rencontré au centre de dépistage de Kamalondo, une des communes de Lubumbashi, note une faible fréquentation : « les gens ne refusent pas le test. Ils ont plutôt tendance à se tester eux-mêmes en achetant les réactifs à VIH. Mais ils ne partagent pas leurs résultats. » Les patients ont recours au test personnel car ils craignent l’indiscrétion dont font preuve certains professionnels de santé.

Il existe à Lubumbashi, des personnes qui croient encore, selon des professionnels de la santé, que le Sida sert à décourager les amoureux. Pourtant, la ville se situe aux portes de l’Afrique australe fortement touchée par le VIH-SIDA. La cité de Kasumbalesa, frontalière de la Zambie, est parmi les points chauds de la propagation de la maladie.

Lubumbashi sous la pression du VIH-SIDA

En 2010, 11 % de la population à Kasumbalesa était atteinte du VIH. Cette maladie risque de se propager dans cette région déjà très exposée. En 2011, la cité de Fungurume, située près de Lubumbashi, comptait 6 % de séropositifs alors que la moyenne nationale du VIH est fixée à 4,3%.

L’importante exploitation artisanale du cuivre, la fréquentation des conducteurs de camions d’Afrique australe, l’absence de dépistage et de sensibilisation sont autant de facteurs aggravants pour la propagation du virus.

 

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (1)

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.