article comment count is: 0

Cette stigmatisation dont souffrent les personnes du troisième âge

C’est le Malien Ahmadou Hampaté Bâ qui a dit : « Un vieillard africain qui meurt c’est une bibliothèque qui brûle. » Mais au Congo, j’ai l’impression qu’il est révolu le temps où l’on respectait les personnes du troisième âge. De plus en plus, avec l’arrivée des sectes religieuses et de groupes de prière, les vieilles personnes ne vivent plus paisiblement leurs derniers jours. Elles sont victimes de stigmatisation et de pires humiliations jusqu’à leur décès. Et cela, de la part de leurs propres enfants ou petits-fils.

Si en Occident les personnes du troisième âge sont placées dans des hospices et des maisons de retraite, cela n’est pas le cas chez nous. En Afrique, en vertu de la solidarité, des valeurs africaines, ou par manque de moyens, les vieilles personnes passent leurs derniers jours en habitant chez leurs enfants. Sauf qu’elles sont accusées de tous les malheurs qui arrivent à leurs membres de famille. Je m’insurge ici contre tous ces actes relevant d’un manque de respect envers ces personnes auprès desquelles ont devrait plutôt aller puiser connaissances et sagesse.

Victimes d’accusations gratuites en société comme en famille

Il suffit qu’un petit malheur survienne en famille ou qu’un enfant tombe malade pour qu’on prenne pour responsable la grand-mère. Tous les cas de stérilité et d’infortune leur sont gratuitement attribués. « Ma grand-mère a beaucoup souffert sur cette terre avant sa mort. Tous les membres de ma famille la tenaient pour responsable de la misère et de la pauvreté de la famille. Au quartier, on l’accusait de sorcellerie. Dans ma famille, elle était pointée du doigt dans tous les décès », raconte Thierry Mugisho, un habitant de Goma.

Dépourvues de vigueur pour contester ou réfuter les actes dont elles sont accusées, les personnes du troisième âge passent une vie de galère avant de quitter ce monde. Dans la rue, elles sont regardées avec mépris. Et les églises de réveil sont parmi les coupables dans la propagation de ces préjugés.

Elles méritent notre attention

Etant avancées en âge, les vieilles personnes ont besoin de notre assistance, de notre tendresse et d’un regard respectueux. D’où vient cette haine contre elles ? En Afrique traditionnelle, elles jouaient des rôles importants dans la société. Dans la tradition orale africaine, elles étaient griots, conteurs, conservateurs de coutumes, troubadours, musiciens. Elles étaient respectées par tous. Les vieillards sont des gens pourvus de connaissances dans tous les domaines. Pour cela on devrait les vénérer dans la société.

Devenir vieillard dans un pays comme le nôtre où l’espérance de vie est moins élevée, c’est à mon avis une grâce divine. Au lieu d’incriminer les vieilles personnes autour de nous, nous devrions nous approcher d’elles, ne serait-ce que pour profiter de leurs sagesse et connaissance.

 

Partagez-nous votre opinion