article comment count is: 0

Sur les traces de l’abbé « Apollinaire Malumalu »

Je suis à Kinyambiro, un petit village perdu, situé dans le groupement Bukenye en chefferie des Baswagha. Nous sommes au nord de la localité de Vusamba sur l’axe Musienene-Muhangi, en province du Nord-Kivu dans l’Est de la RDC.

C’est ce village qui a vu naître, en 1961, l’abbé Apollinaire Malumalu Muholongu, ancien président de la commission électorale nationale indépendante. Fils d’un enseignant, le petit « Polinaire » comme on l’appelait au village, va passer sa belle enfance à Kitatovoka, un camp d’enseignants (aujourd’hui en ruines), situé à proximité de la paroisse de Muhangi. Son père enseignait alors à l’école primaire Vulinda.

Pas de jeux

« Calme et timide mais intelligent » : ce sont les traits de caractère que lui reconnaissent beaucoup de ses amis d’enfance. A l’école comme au camp des enseignants de Kitatovoka, il ne s’intéressait pas aux jeux !

« A la recréation, on passait plus de temps à l’atelier de l’artiste sculpteur Philippe à contempler les reliques religieuses. Voir Malumalu jouer au foot, non ! Il était plutôt très réservé » témoigne Marc Fungakamba, un camarade de l’abbé, en troisième année secondaire.

« Il s’effaçait souvent. Il n’aimait pas les discussions entre enfants. Il n’avait pas de grands amis. Je crois qu’il passait son temps à aider ses parents et à scruter son avenir », affirme Raymond Kasereka, cuisinier des prêtres de la paroisse de Muhangi et qui a grandi avec lui.

Proche de la religiosité

Après l’école primaire Muhangi (Ndaruha à l’époque), Malumalu entre à l’institut Irumira dans la même région où il passe le cycle d’orientation. Si certains signalent son passage au sein du mouvement catholique du scoutisme, d’autres témoignent que le jeune homme fut un fervent acolyte de messe, tâche dévolue à l’époque aux seuls gamins engagés dans la croisade eucharistique.

C’est à cette époque qu’il éprouve sans doute un attrait pour la soutane. Il semble vouloir entamer le chemin vers la prêtrise. En effet, après le petit séminaire « Tumaini Letu » (Notre espoir) de Musienene et un bref passage au collège Pie X de Butembo, il ira à Murhesa, près de Bukavu, au Sud-Kivu. Il sera ordonné prêtre en juillet 1986.

Il est le premier prêtre dont les cérémonies d’ordination sacerdotale se déroulent à la paroisse de Muhangi. C’est à partir de son ordination que les chrétiens de la région ont vu, pour la première fois de leur vie, comment on ordonne un prêtre. « C’était l’euphorie, une joie de voir le fils du territoire mériter la grâce du Seigneur », se rappelle, Marcel Luswa, animateur à la paroisse de Muhangi depuis 1977.

De la paroisse, à l’élévation

Le village a son prêtre au sein de la grande Eglise. Il fait la fierté des villageois qui voient en ce fils d’enseignant un exemple à suivre. Plusieurs autres garçons du village l’imiteront et suivront le chemin de la prêtrise.

L’enfant timide de Muhangi ne parlait pas trop. Il était taciturne. Il surprendra tout le monde. Car il n’aime pas la vie de paroisse et préfère retourner, très rapidement aux études. Malumalu va obtenir deux doctorats : l’un en sciences politiques à l’université de Grenoble, l’autre en philosophie à l’université de Lyon, en France.

Il décroche ensuite une maîtrise en droits de l’homme avant de se spécialiser en théologie à Lyon. En 2000, il rentre au pays. Le Congo, est alors ravagé par les conflits. Il milite, comme dans ses habitudes, au sein de la société civile. Il ira à Sun City pour participer au dialogue inter-Congolais. Puis il fera son apparition sur la scène nationale comme président de la (CEI), la commission électorale indépendante. L’enfant de Kinyambiro ne peut plus se cacher. La lumière de la scène nationale l’illumine et le montre à la face des citoyens, voir à la face du monde.

Partagez-nous votre opinion

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.