article comment count is: 0

Tchad: prostitution juvénile à Kabalaye, manne ou malédiction ?

REPORTAGE – Englouti dans le 3ème arrondissement de N’Djamena, le quartier Kabalaye est réputé pour ses prostituées. Dans ce coin animé de la capitale tchadienne, la prostitution est un business comme un autre, et est devenue monnaie courante dans un pays où la sexualité reste un tabou.

Le rituel est toujours le même, comme une rengaine du sexe. Dès la nuit tombée, certains hommes prennent d’assaut ce quartier aux ruelles exiguës, en quête du fruit défendu. Non loin des bars, les prostituées sont posées à l’entrée de fins des couloirs menant vers des chambres de passe. Les jeunes filles aux décolletés aguichent les clients à coup de clins d’œil suggestifs. Et curieusement, c’est sans gène que le prix d’un instant de plaisir se négocie dans une capitale où la sexualité reste un tabou du fait des pesanteurs religieuses et traditionnelles.

« On peut s’arranger même à 3 000 FCFA », lance l’une d’elles en robe ultra-moulante. Sous son sobriquet de Jolie, elle nous confie qu’elle accepte entre cinq à neuf clients par jour. « Un bon payeur peut verser facilement 15.000 à 20.000 FCFA », confie la jeune femme originaire du Cameroun. Largement suffisant pour qu’elle s’acquitte de sa cotisation journalière de tontine et d’épargne. Ainsi, Jolie paye mensuellement 20.000 FCFA pour son loyer et envoie environ 100.000 FCFA à sa famille.

 

Lire la suite sur tchadinfos.com

*Cet article est publié dans le cadre du projet Naila (Nouveaux acteurs de l’information en ligne en Afrique). Il s’agit d’un projet de CFI comprenant 11 médias africains dont Habari RDC.

Partagez-nous votre opinion