article comment count is: 1

La théorie du complot endort les Congolais !

On ne sait comment c’est arrivé, mais c’est une de ces folies qu’Internet sait bien amplifier… Il a couru récemment sur les réseaux sociaux une rumeur selon laquelle le président tchadien Idriss Déby aurait menacé de prendre de force les eaux congolaises du fleuve Ubangi. Des eaux recherchées pour sauver le lac Tchad en extinction, alors que la RDC refuserait d’accéder à la demande du Tchad. Sacrée occasion pour les partisans de la théorie du complot.

La théorie du complot, pour tout dire, permet d’expliquer toute infortune congolaise. Il n’y a rien à faire, tous les opposants politiques sont payés la nuit par le président qu’ils injurient le jour. Sans le soutien de Paris, Bruxelles, Londres et Washington, personne ne devient président en RDC… Ces pays n’ont pas encore décidé de la fin des violences au Congo, et ils soutiennent Joseph Kabila…

Depuis que ces puissances étrangères appellent le président Kabila à préparer les élections et à quitter le pouvoir, son administration les présente comme des « impérialistes ». Le ministre de la Communication Lambert Mende a même, dans une conférence de presse, expliqué les pressions et critiques étrangères sur Kinshasa comme l’expression de frustrations de ces pays impérialistes. Puisque la RDC ne leur donnerait pas son cobalt convoité, aujourd’hui au cœur de la transition énergétique.

Quoi de plus normal que ces mécontents ourdissent des complots contre la RDC. Complots qui iraient jusqu’à vouloir attenter à la vie des dirigeants. Pour preuve, on cite l’assassinat du père de l’indépendance de la RDC Patrice Lumumba. Ou encore celui de l’indomptable Laurent-Désiré Kabila.

On n’y comprend rien du tout

Les « comploteurs » ne se leurrent pas. S’il y a complot, c’est qu’il y a des complices, œuvrant pour l’impérialiste que l’on appelle aussi « main noire » et que l’on n’a pas encore identifiée. Sauf que quand on dit complice, plusieurs pensent opposants politiques ou voix dissidentes.

C’est le propre des théories du complot d’être gratuites, le plus souvent, inconséquentes. Il est, dans ce dernier cas, inimaginable que le pouvoir ne soit pas parvenu à déjouer les pièges des « ennemis », en 17 ans de règne. Ou alors, il y a aveu d’échec…

Dans le cas rigolo des prétendues pressions du président Idriss Déby, les gens ont accusé le président Kabila d’être resté silencieux face aux menaces de son homologue tchadien. Mais toutes vérifications faites, il s’avère que c’est une fake news ! Pareille folie me paraît digne de la création des partisans de la théorie du complot. Et c’est dommage que des intellectuels de haut rang y contribuent en partie.

Des experts soupçonneux, spéculateurs ?

Tenez ! Dans plusieurs facultés, en Sciences politiques ou en histoire notamment, des enseignants véhiculent allégrement des théories du complot permanentes contre la RDC. Les dirigeants assassinés reviennent comme sacrée preuve. Sauf que ces dirigeants sont morts avec complicité supposée de leurs proches. Mobutu, par exemple, n’a pas épargné Lumumba dont il a été pourtant secrétaire !

Ces scientifiques expliquent aussi que les guerres à répétition en RDC ont pour nerf le pillage des minerais, le coltan par exemple, que des enquêtes internationales ont pu réellement mettre en liaison avec les violences armées dans les Kivu. Qu’après le coltan, ce sera au tour du cobalt d’alimenter la guerre, même chose pour les eaux congolaises. Et c’est ici qu’allusion est faite à la supposée déclaration du président Déby.

Mais ces histoires restent inconséquentes. S’il y a complot, ou s’ils continuent à crier aux complots, sans jamais arriver à détecter les comploteurs internes et à déjouer leurs pièges, c’est qu’on voit faux dans une large mesure. Surtout, lorsqu’on fait croire qu’il n’y a plus rien à faire pour sauver la situation. Une vision apocalyptique du sort de la RDC qui me paraît très irresponsable et paresseuse. Elle tend à endormir ces Congolais qui osent fustiger les failles dans la conduite du pays.

Lorsque les libertés citoyennes sont réprimées, et que des deniers publics sont pillés ; lorsque le chômage et des épidémies éclatent parce qu’il y a mauvaise gouvernance ou corruption, je ne vois pas où apparaît l’impérialiste.

 


Vous pouvez lire aussi : Le cobalt congolais, une carte clé pour la transition énergétique mondiale

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (1)

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.