article comment count is: 7

Vital Kamerhe, le début du chemin de la croix

Le directeur de cabinet de Felix Tshisekedi se retrouve au cœur d’un véritable scandale judiciaire. Il a été placé en détention à Makala pour son rôle dans la passation des marchés pour les travaux de 100 jours du Président de la République. Une saga judiciaire qui a été diversement commentée dans les journaux parus tout au long de la semaine qui s’est achevée.

Comme une trainée de poudre, la nouvelle s’est vite rependue et a occupé les colonnes de plusieurs journaux. « Vital Kamerhe a été placé sous mandat d’arrêt provisoire ce mercredi 8 avril dans la soirée et transféré à Makala », lit-on sur RFI.

De la présidence à Makala

« Il respirait la confiance à son arrivée au Parquet General de Kinshasa-Matete », écrit LePhare. Le directeur de cabinet de Felix Tshisekedi, après plus de 6 heures d’audition, est passé du statut de « renseignant » au « prévenu » ajoute ce quotidien de Kinshasa.

Cette saga judiciaire intervient « dans le cadre des enquêtes sur l’exécution du programme d’urgence du Chef de l’État », note Radio Okapi. « Le parquet cherchait à obtenir de lui des renseignements sur son rôle dans la passation des marchés, la procédure, le décaissement des fonds affectés » renchérit le site de la radio onusienne.

Politico donne dans ses colonnes les détails de « ce que la justice reproche à Vital Kamerhe et compagnie ». Il « se retrouve au cœur d’un véritable scandale judiciaire » révèle ce journal en ligne. Il lui est reproché notamment d’avoir octroyé des marchés des « plusieurs millions » de dollars, « sans appel d’offre », aux « sociétés qui n’existaient que sur papier » pour les travaux des logements sociaux.

Une arrestation, plusieurs interprétations

Les réactions ne se sont pas fait attendre. À la société civile, le CLC (Comité Laïc de Coordination), cité par La Prospérité, « parle d’un signal fort ». Au cours d’une interview qu’il a accordé à Actualité.Cd, Hervé Diakiese, membre de Congolais Debout, reconnaît que « c’est historique ».

Car, poursuit-il, « pour la première fois dans l’histoire de ce pays, l’un des proches collaborateurs du Chef de l’État fait l’objet d’une interpellation et de privation de liberté sans qu’on ait assisté de manière apparente ou occultée à des manœuvres d’obstruction à la justice ».

Si pour les uns « la justice montre qu’elle reprend ses marques », comme le dit Georges Kampiamba, pour les autres, l’interprétation de cette affaire judiciaire est tout autre. À l’UNC, la mise sous mandat d’arrêt provisoire de Vital Kamerhe, son Président est une « humiliation » peut-on encore lire sur Actualité.Cd.

Convaincu qu’il y a « une main noire » derrière, « les avocats de Kamerhe appellent à la dépolitisation de l’affaire » titre La Prospérité. Pour eux c’est un « acharnement » et une « campagne de diabolisation » qui vise à écarter le Pacificateur, comme on le surnomme, « de la course à la prochaine présidentielle » poursuit ce quotidien Kinois.

Ils naviguent désormais dans des eaux troubles

Avec cette affaire, c’est la coalition UNC-UDPS qui entre dans une zone de turbulence. La Prospérité s’interroge si « la coalition survivra-t-elle à cette énième crise ». On découvre sur Politico que « le cabinet de Tshisekedi explose après l’arrestation de Kamerhe ». On apprend que « toute une partie de son personnel est donc à l’arrêt ».

Certains conseillers du Président, membre de l’UNC, n’hésitent même pas à accuser le Chef de l’État de vouloir « se débarrasser de son allié », « le rendre inéligible » afin de ne pas respecter « l’accord de Nairobi ». Du côté de l’UDPS, on prône une « attitude de neutralité » afin de « laisser la justice faire son travail ».

La détention de Kamerhe est aussi « un séisme à l’UNC » écrit Politico. Pour ce journal en ligne, « deux tendances » se forment déjà dans son parti politique. Ce journal écrit que « les observateurs avertis voient une imminente défection au sein de ce parti avant même la fin de l’instruction du dossier ». Les prochains jours promettent des étincellements.

 

Est-ce que vous avez trouvé cet article utile?

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (7)

  1. Il est bien temps que les congolais et congolaises jouissent en fin des leur richesses grâce à la justice devant oeuvrer en toute indépendance.

  2. Il est bien temps que les congolaises et congolais jouissent en fin des leur richesses grâce à la justice devant oeuvrer en toute indépendance.