article comment count is: 0

À quoi bon muter les magistrats ?

La plupart des magistrats congolais se plaignent des mutations dont ils font l’objet. Ils sont déplacés de temps en temps sans qu’ils ne soient pris en charge par l’État. Parfois, ils sont obligés de subvenir eux-mêmes à leurs propres besoins, sans aucune assistance de l’État.

Voici ce que disait un rapport publié en septembre 2013 par les ONG Osisa et Afrimap sur la justice congolaise : « À cause de leurs conditions de travail quasiment humiliantes, les magistrats ont souvent failli au respect de leur devoir de responsabilité et de bonne conduite. La corruption, le monnayage de service et le déni de justice sont des pratiques courantes au sein de la magistrature. »

J’ai discuté avec plusieurs magistrats de Mbujimayi sur les conditions de leur mutation. Ils sont unanimes pour déplorer le fait que l’Etat ne leur donne pas ce qu’il faut pour une mutation. Voici quelques témoignages de magistrats victimes. Nous avons utilisé des pseudonymes pour les protéger.

Magistrat Kennedy Muyoyi : « Je préfère le barreau à la place de la magistrature. Le législateur congolais a prévu la mutation des magistrats, mais on nous mute sans tenir compte de comment nous allons pouvoir vivre dans notre nouveau lieu d’affectation, sans même songer à nos familles. »

Magistrate Geneviève Ndaya : « Muter c’est bien, mais parfois l’Etat nous envoie dans des endroits où il n’y a pas d’infrastructures. Nous sommes parfois obligés de siéger sous les arbres, et de payer des fournitures de bureau avec nos moyens privés alors que nous faisons un travail de fonctionnaire… »

Magistrat Victor Belonda: « Je suis fatigué de ce métier de magistrat qui nous rend instables. On est tout le temps mutés et dans de très mauvaises conditions. »

 Lors de leur mutation, les magistrats reçoivent de l’État très peu de frais qui ne suffisent en général qu’à payer leur transport. Cette situation traumatise les magistrats qui sont obligés de chercher ça et là des moyens pour couvrir les besoins de leur mutation. Dans la plupart de cas, les magistrats voyagent toujours seuls, laissant leurs familles derrière eux par manque de moyens.

Le magistrat est un fonctionnaire de l’Etat. Si l’État doit le muter, cela ne devrait pas être dans des conditions aussi précaires.

Partagez-nous votre opinion

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.