article comment count is: 0

Aminata, une survivante du viol

Saviez-vous qu’en République démocratique du Congo, l’avortement sécurisé est un droit et un choix pour les femmes survivantes de viol ? L’ignorance de ce droit peut avoir des conséquences graves sur la victime de viol.  C’est l’histoire d’Aminata (nom d’emprunt). Après une grossesse consécutive à un viol, ses parents lui ont fait faire un avortement clandestin qui a entrainé la perte de l’utérus.

Suite au viol et à cet avortement pratiqué dans de mauvaises conditions, Aminata ne peut plus concevoir. En plus, elle a perdu un sein. Une douloureuse expérience.

« Tout s’est passé très vite. J’ai été violée », explique-t-elle. Son bourreau, un tenancier d’une boutique, avait un plan diabolique en demandant à Aminata de surveiller son business. « Il m’a offert un jus, mais je ne savais pas que c’était mélangé à un  aphrodisiaque », témoigne-t-elle. Elle ajoute : « Il m’a laissée regarder un film porno qui passait en boucle pour m’affaiblir et abuser de moi. »

Suivez l’intégralité du témoignage d’Aminata dans cette vidéo.

#VBG

 

Est-ce que vous avez trouvé cet article utile?

Partagez-nous votre opinion