article comment count is: 2

Après la politique, il faut décrisper l’économie congolaise

Après des libérations de prisonniers en vue de décrisper la situation politique tendue en RDC, l’heure devrait être à la relance de l’économie. La population congolaise subit depuis de nombreux mois l’inflation de la monnaie. 

Les efforts du gouvernement pour stabiliser l’économie congolaise sont restés presque sans effet, depuis la chute du prix du cuivre et du cobalt, base de l’économie congolaise. La crise, en effet, impacte directement la vie de la population en majorité sans emploi. Une situation davantage mise à mal par un climat politique délétère dans la perspective de la fin du mandat de Joseph Kabila attisant les craintes des investisseurs.

Dans sa lettre du 31 octobre 2016, le ministre des finances a ordonné aux régies financières (Direction générale des impôts, direction générale des recettes administratives douanières et domaniales, direction générale des douanes et accises), de suspendre tous contrôles fiscaux et douaniers, essentiellement pour les importateurs d’aliments de base pour la population.  Pour Lubumbashi, par exemple, il s’agit de la farine de maïs, du maïs même, du sucre et de la farine de blé.

28 mesures jugées urgentes par le gouvernement vont être mises en place pour stabiliser l’économie nationale depuis la chute du cuivre. Les autorités ne le cachent pas, c’est en prévision des festivités de fin d’année, et surtout pour parer à toute hausse de prix éventuelle.

Ces décisions, au sujet de ces produits évoqués par le ministère des finances, vont d’ailleurs jusqu’à exclure certains contrôles, « sauf en cas d’existence d’indices sérieux de fraude », précise la note du ministère. Mais en réalité, ces actions cachent mal l’inquiétude des autorités congolaises sur l’issue de la crise politique en  cours et qui n’arrête pas de détruire l’embellie économique des dernières années.

Nous espérons que l’appel à « bannir toute tracasserie » ainsi que l’arrêt des contrôles fiscaux improvisés, qui du reste ne veulent nullement dire allègements fiscaux, contribueront à décrisper la tension du milieu économique. Mais de mon point de vue, cette tension économique n’est que politique, une résultante de la crise actuelle. Si le gouvernement ne l’a pas vu ainsi, alors rien ne changera. Il suffirait donc de décrisper la politique pour relancer l’économie.

 

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (2)

  1. Les entrepreneurs locaux doivent aussi s’autodéterminer en s’appropriant ses mesures qui devraient leur permettre d’être plus efficaces non seulement à court terme mais aussi à moyen et long terme.
    Unis, ils peuvent plus facilement orienter les mesures politiques.
    Parfois, l’Economie fait la politique…

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.