article comment count is: 3

La décrispation économique passe par le ventre

Il y a quelques jours, le gouvernement, à travers le ministère des finances, annonçait un moratoire fiscal pendant trois mois. Il demandait à toutes les régies financières de suspendre tous les contrôles fiscaux et de bannir toutes les tracasseries.

Je me demandais quel était le bienfondé d’une telle mesure au profit des opérateurs économiques, au détriment de la population. Mais la dernière réunion stratégique du gouvernement a vu tomber des mesures plus favorables à la population. C’est notamment le fameux projet de décret sur la suspension temporaire de la TVA à l’importation des denrées alimentaires à forte consommation, la farine de maïs dans le Haut-Katanga en l’occurrence. Le but étant d’aider la population à mieux s’approvisionner pendant les festivités de fin d’année.

D’autres parts, les importateurs et les pétroliers bénéficieront de plus ou moins soixante-dix millions de dollars pouvant leur faciliter les importations des aliments durant les fêtes de fin d’année.

En somme, les efforts du gouvernement pour décrisper l’économie sont bien accueillis par la population qui continue tout de même à subir la loi du taux de change du Franc congolais.

Calmer le ventre d’abord

Sous d’autres cieux, les mesures économiques tendent à élever le niveau de vie de la population, à augmenter le PIB par habitant, ou encore à mieux distribuer les richesses du pays.

En RDC, la décrispation économique passe par le ventre. D’où l’importance de l’exonération des impôts sur les produits alimentaires. Mais c’est mesures n’ont que des effets limités et n’amélioreront pas  le quotidien des populations à long terme,  car, chaque mois, les devises continuent de fuir le pays.

Une pauvreté inacceptable

Et si on produisait la farine de maïs et les tomates chez nous ? Pourquoi importer du chinchard et laisser les poissons de nos lacs et rivières mourir de vieillesse ? Pourquoi acheter du poulet surgelé quand on peut en produire localement, pourquoi chercher du riz quand nos agriculteurs peuvent en produire ?

Quand une crise économique frappe, n’est-ce pas là l’occasion de diversifier son économie ? Nos dirigeants n’ont-ils rien appris des différentes crises économiques auxquelles le pays a fait face depuis des décennies ?

Personnellement je ne suis pas d’accord avec la solution temporaire à laquelle recourent nos dirigeants depuis des années. L’importation des aliments est devenue notre modèle économique pour nourrir des millions des congolais. C’est inacceptable !

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (3)

  1. Il est vrai que le gouvernement doit parvenir à se reformer de l’intérieur. Les opérateurs Économiques devraient également se constituer en lobby fort pour arriver à imposer certaines mesures et politiques…

  2. Il est vrai que le gouvernement doit parvenir à se reformer de l’intérieur. Les opérateurs Économiques devraient également se constituer en lobby fort pour arriver à imposer certaines mesures et politiques…

    1. Bonjour Kakel, rien que pour la bouf, je me demande si le gvment a une politique, une vision, incapable de monter des politiques d’autosuffisance alimentaire, triste.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.