article comment count is: 0

La Congolaise Arielle Chrisnes Sikabwe invente sa marque de beauté

Passionnée de mode et de beauté dès son plus jeune âge, Arielle Chrisnes Sikabwe, Congolaise âgée d’une vingtaine d’années, vit au Danemark. Elle vient de matérialiser sa passion en créant sa propre marque de beauté : Chrisnes Cosmetics.

Arielle vise désormais à imposer le génie créateur congolais au niveau international. Elle dit en avoir marre de ne toujours entendre parler que de la guerre, la misère, les atrocités et presque jamais du côté positif du Congo. « Je suis Congolaise, et je veux mettre mon pays en avant », déclare-t-elle fermement. Voici une interview qu’elle a accordée à Habari RDC.

Habari RDC: Parlez-nous de Chrisnes Cosmétics en quelques mots

Arielle : Chrisnes Cosmetics est une marque de beauté qui vise à créér divers produits de beauté à multiple usage. Cette marque disponibilise des liquides lipsticks avec cinq différentes couleurs mates  qui seront vendus en ligne.

Chrisnes cosmetics vise avant tout la qualité avec un prix abordable et l’encouragement des enthousiastes de la beauté à tirer le meilleur parti du maquillage, à se sentir audacieux et brillants.

Comment avez-vous eu l’idée de créer votre marque ?

J’étais encore adolescente quand j’ai découvert le monde de la mode et de la beauté. Et, instinctivement m’est venue l’idée de créer un jour ma propre marque. Entreprendre a toujours été mon plus grand rêve, raison pour laquelle j’ai choisi de faire les sciences économiques.

Ma passion est ma force, c’est bien elle qui me motive chaque jour et mon sens du patriotisme vient la renforcer. Je veux inscrire mon pays sur la carte du monde.

Face à un marché déjà plein de produits cosmétiques, ne vous sentez-vous pas intimidée par les grandes marques?

Effrayée ! Intimidée ! Si je dis non, ça sera mentir. En choisissant de me lancer, je savais le risque que je prennais. Mais si un entrepreneur n’accepte pas ce défi, en est-il vraiment un?

C’est en prenant le risque que toutes ces grandes entreprises sont ce qu’elles sont devenues. J’ai appris que si on veut réussir en entrepreneuriat, les risques sont nécessaires et en cas d’échec on ne doit jamais regretter parce que ça nous aide à penser et à planifier autrement.

Votre marque est-elle implantée seulement au Danemark ? Avez-vous pensé l’étendre à d’autres pays ?

Pas seulement au Danemark. Dans un premier temps, les produits seront vendus dans quelques villes européennes, en ligne. Mais très prochainement, je compte l’emmener au pays et étant une fille de l’Est, je commencerais par Goma ma ville natale.

Rencontrez-vous des difficultés ?

La seule difficulté que j’ai rencontrée a été de trouver un bon fabricant.

Pour démarrer, avez-vous eu un financement ?

J’utilise les fonds propres. Ce projet a toujours été quelque chose que je voulais, mon plus grand rêve. Et puis, je voulais être la boss de moi-même et avoir ma marque de beauté et de la mode. Donc, je me suis préparée.

 

Partagez-nous votre opinion