Ashinaga-Africa-Initiative-Leadership-Programme-2018
article comment count is: 3

Ashinaga, opportunité de bourse pour les orphelins africains

Les étudiants congolais ayant perdu un ou les deux parents sont appelés à déposer leurs candidatures pour poursuivre leurs études à l’étranger. C’est une opportunité offerte par l’initiative Ashinaga, un programme philanthropique accompagnant des étudiants orphelins de l’Afrique subsaharienne pour faire des études à l’étranger. Selon madame Betty Hautbout du bureau francophone de l’initiative Ashinaga pour l’Afrique, l’organisation prend en charge tous les frais. Nous avons rencontré Betty Hautbout.

Habari RDC : Betty Hautbout, pouvez-vous présenter en quelques mots cette initiative Ashinaga ? Depuis quand a-t-elle été lancée ? Quels sont ses objectifs ? Pourquoi elle ne concerne que les orphelins ?

Betty Hautbout :

L’initiative d’Ashinaga pour l’Afrique (IAA) est un programme de leadership lancé en 2014. Il vise à fournir un accès à l’enseignement supérieur à l’étranger à des étudiants orphelins originaires d’Afrique subsaharienne. C’est pour qu’ils puissent retourner dans leur pays munis d’un diplôme de meilleures institutions universitaires afin de contribuer au développement de leur communauté, de leur pays et de l’Afrique subsaharienne.

Ashinaga a été créé par Yoshiomi Tamai en 1963, à la suite du décès de sa mère dans un accident de voiture, et de son constat du manque de soutien pour les enfants souffrant de la perte d’un parent. Par cette histoire, Ashinaga n’a toujours eu pour cible que les orphelins depuis son origine.

L’IAA est entièrement financée par des collectes de fond organisées dans les rues par Ashinaga au Japon – source de financement initial – et aujourd’hui également par des donateurs anonymes appelés les Ashinaga-san, qui sont pour la majorité des particuliers faisant des donations régulières à l’organisation.

Le programme est ouvert aux étudiants anglophones, lusophones et francophones d’Afrique sub-saharienne. Expliquez-nous un peu la procédure à suivre pour les candidats et les critères d’éligibilité.

La partie francophone est gérée par le bureau au Sénégal, dont je fais partie. La partie anglophone et lusophone est gérée par le bureau en Ouganda. Les programmes ne fonctionnent pas sur le même calendrier mais respectent des critères et un processus de sélection similaires. Les critères principaux sont :

– Avoir perdu un ou ses deux parents ;

– Avoir obtenu son baccalauréat général en 2016, 2017 ou 2018 ;

– Etre né après le 1er octobre 1995.

S’agissant de la procédure, les candidats doivent soumettre leur candidature avant le 30 juin 2018 à minuit (GMT) soit par e-mail, soit en ligne, soit par la poste. Nous contacterons les candidats présélectionnés.

Combien d’étudiants ont bénéficié de ce programme depuis son lancement et quels sont les pays éligibles ?

Depuis le début l’IAA a soutenu 110 étudiants. En 2018, les 19 pays éligibles de la partie francophone sont : Bénin, Burkina Faso, Burundi, Cameroun, Comores, Côte d’Ivoire, Centrafrique, Djibouti, Gabon, Guinée Conakry, Madagascar, Mali, Mauritanie, Niger, République Démocratique du Congo, République du Congo, Sénégal, Tchad et Togo.

Des étudiants de RDC s’intéressent-ils au programme ? Si oui, combien en ont déjà bénéficié ?

Grâce à une promotion accrue l’année dernière, nous avons pu recevoir 117 candidatures d’étudiants de la RDC, ce qui montre un intérêt certain. Jusqu’à présent 3 étudiants de RDC ont participé au programme (un chaque année depuis le lancement).

La RDC et d’autres pays en crise bénéficient-ils d’avantages particuliers vu qu’ils comptent un grand nombre d’orphelins et le niveau de vulnérabilité est plus élevé qu’ailleurs ?

La RDC et les autres pays en crise ne bénéficient pas d’avantages particuliers. Néanmoins, nous sommes plus flexibles par rapport aux documents à fournir car nous comprenons qu’il est compliqué, dans certaines régions où les institutions ne fonctionnent plus, d’obtenir un acte de naissance par exemple, mais cela reste des exceptions.

Après leur formation, ces étudiants sont-ils accompagnés pour trouver des emplois ou alors doivent-ils se prendre eux-mêmes en charge ?

Tout au long de leur formation, les étudiants sont accompagnés par les bureaux régionaux qui se trouvent en Europe. Ils bénéficient d’un soutien académique, émotionnel, financier… Une équipe s’occupe spécifiquement de l’intégration professionnelle des étudiants à travers des stages pendant leurs études et leur premier emploi sur le continent africain.

Recevez-vous des retours ou des témoignages de ces étudiants sur ce que leur a apporté la formation, dans leur vie et dans celle de leurs communautés respectives ?

Nous recevons des retours positifs de ceux qui suivent leur formation mais nous n’avons pas encore d’étudiants diplômés étant donné que le programme entre seulement dans sa 4e année. Nous faisons le nécessaire pour donner aux étudiants les outils pour avoir un impact positif dans leur communauté d’origine.

Quel message lancez-vous en particulier aux jeunes orphelins congolais qui remplissent les conditions d’éligibilité au programme Ashinaga ?

Nous voulons les encourager à postuler et à saisir cette opportunité ! L’étudiant congolais de cette année est la preuve même du potentiel et de la résilience des jeunes congolais. Il a parcouru des milliers de kilomètres pour rassembler les documents nécessaires et a finalement intégré un parcours spécial qui lui permet d’étudier le japonais de manière intensive avant d’aller faire ses études au Japon en langue japonaise. Les étudiants ont la possibilité de faire leurs études en français ou en japonais.

 


Vous pouvez relire sur Habari RDC : [Récap] Sept billets pour tout savoir sur les bourses universitaires en RDC

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (3)

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.