article comment count is: 1

[Les chroniques de Benjamin] Mobutu devient maréchal, Kabila signe les accords de Pretoria

Saviez-vous qu’il s’était passé exactement 20 ans jour pour jour entre la prise de pouvoir du général Mobutu après son coup d’état de 1965 et sa promotion au rang de maréchal en 1985 ? Et que 23 ans et 3 jours après, une fortune de 8 millions de francs suisses fut rendue à sa famille, en décembre 2008 ? C’est de ça que nous parle cette semaine Benjamin Babunga. Voici des faits qui ont marqué l’histoire du Congo entre le 11 et le 17 décembre.

Le 11 décembre 1985, le président Mobutu est promu à la dignité de maréchal

Ce jour-là, après avoir gravi tous les échelons au sein de l’armée zaïroise, Mobutu est promu maréchal au cours d’une cérémonie grandiose organisée à Kinshasa. Jusqu’à ce jour, Mobutu est le seul et unique maréchal de l’histoire de la RD Congo. 

Le 12 décembre 1965, cérémonie d’investiture du général Joseph-Désiré Mobutu

Ce jour-là, soit deux semaines après son coup d’état du 24 novembre 1965, Joseph-Désiré Mobutu est officiellement investi président de la République démocratique du Congo, au cours d’un grand rassemblement populaire organisé au stade roi Baudouin, actuel Tata Raphaël, à Kinshasa. On estime que plus de cinquante mille Kinois avaient assisté à la cérémonie.

Le 15 décembre 2008, la Suisse rend une partie des avoirs du président Mobutu Sese Seko à sa famille 

Ce jour-là, 8 millions de francs suisses (soit environ 5,2 millions d’euros) étaient rendus à la famille Mobutu, après avoir été bloqués par la Suisse depuis mai 1997. La Suisse avait essayé de reverser cette fortune dans les caisses publiques de l’Etat congolais, et plusieurs tentatives allant dans ce sens avaient été entreprises par les autorités suisses, mais sans que les autorités congolaises à Kinshasa ne s’intéressent à la procédure. D’aucuns estiment que le silence du gouvernement congolais était dû à la présence au gouvernement de Nzanga Mobutu (fils de Mobutu) qui occupait alors le poste de vice-Premier ministre dans le gouvernement Muzito I.

Le 16 décembre 2015, Joseph Kabila inaugure la centrale hydroélectrique de Matebe, dans le Nord-Kivu

Ce jour-là, le chef de l’Etat congolais, Joseph Kabila, inaugure la centrale hydroélectrique de Matebe, située à 70 km au nord-est de Goma, dans la province du Nord-Kivu. Financée par la fondation américaine Howard Buffet à hauteur de 20 millions de dollars américains, la centrale hydroélectrique de Matebe a été érigée à la lisière du parc national des Virunga par l’Institut Congolais pour la conservation de la nature (ICCN), dans le cadre de son projet de conciliation de la conservation de la nature avec le développement durable. Sa capacité est de 13,5 mégawatts. Actuellement, la gestion du courant de cette centrale a créé une controverse, les populations du Rutshuru jugeant le prix de 400 francs congolais le kilowattheure trop élevé. Une question orale avec débat a été initiée contre le ministre congolais de l’Énergie par un député de Rutshuru, après que celui-ci avait lu un article de Habari RDC sur la question.

Le 17 décembre 2002 : l’Accord global et inclusif sur la transition en République démocratique du Congo est signé à Pretoria en Afrique du Sud

Joseph Kabila accepte, ce 17 décembre, de partager le pouvoir avec les groupes rebelles et l’opposition politique non armée. Le document définit dès lors un cadre dont l’objectif est la mise en place d’un gouvernement unifié et multipartite, mais aussi d’établir un agenda clair pour la tenue à venir d’élections libres et équitables. L’accord permit aussi de mettre en place des institutions de transition sous la formule 1+4 (un président et 4 vice-présidents). 

 


A revoir :

Les Chroniques de Benjamin : les faits marquants passés entre le 27 novembre et le 3 décembre

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (1)

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.