article comment count is: 0

Cinq bonnes raisons de rejeter la boisson Guegue

Vous êtes peut-être amoureux de la boisson alcoolique Aguene ou Guegue. Elle vous aide par moment à noyer vos soucis. Outre le fait que vous en tirez un certain plaisir,  vous vous la procurez à petit prix et en grande quantité. La consommation abusive de cette liqueur artisanale n’est cependant pas sans conséquence néfaste. Voici cinq raisons pour vous d’arrêter de boire cet alcool.

1. Taux d’alcool très élevé

Sans en faire une promotion, reconnaissons que les boissons alcoolisées sorties des industries brassicoles subissent au préalable une étude et un traitement minutieux dans les laboratoires pour en déterminer le taux d’alcool. Lequel d’ailleurs est explicitement signalé sur la bouteille. En plus, ces boissons sont bien conservées dans les bouteilles. Ce n’est pas le cas de la boisson d’Aguene. Fabriquée artisanalement et beaucoup moins chère, Aguene ne donne aucune indication à ses consommateurs. Aucun composant d’Aguene n’a de dose standard reconnue dans sa composition. La quantité d’ingrédients dépend du fabriquant. D’ailleurs, les amateurs disent : « Plus ça pique, plus c’est alcoolisé ! » Pourquoi condamner votre corps à prendre une liqueur à dose d’alcool non déterminée ?

2. Guegue vous expose aux maladies

La consommation régulière de Guegue génère en vous une énergie que digère mal votre organisme et qui crée de mauvais cholestérols. Ces derniers  produisent de la graisse dans les vaisseaux sanguins et les bouchent. Ainsi avec le temps, vous pourrez être victime d’hypertension artérielle qui est source de plusieurs maladies, entre autre l’accident vasculaire cardiaque (AVC). Mais ce n’est pas fini. L’alcool à trop haute dose peut aussi vous conduire à la Cirrhose du foie, l’insuffisance rénale, etc. C’est ce que nous révèle le docteur Émile Tshiongo Kalala, médecin au Centre médical presbytérien Mayamba, à Kinshasa.

3. Aguene altère la conscience

Chaque être humain possède une voix intérieure qui le prédispose à faire le bien et à éviter le mal. C’est la conscience. En plus, chaque être possède la conscience en état d’éveil pour percevoir sa propre vie. Croyez-moi, abuser de l’alcool détruit la conscience dans ces deux dimensions précitées, affirme docteur Shongo. Ne soyez donc pas étonnés de voir un jeune délinquant (Kuluna) amateur d’alcool, être en mesure de tuer et de dépecer le corps humain sans état d’âme.

4. La dignité humaine vaut plus que de l’or

Nous sommes vus et considérés sur base de notre comportement envers les autres. La consommation d’Aguene peut conduire aux agissements d’une bassesse inimaginable et nuire à votre réputation pour toujours. Vous pourrez, à ce moment où vous vous croyez comme en extase, faire devant tout le monde même ce qui se fait dans l’intimité. Par exemple, vous dénuder, ou dire des insanités sans vous offusquer. C’est ce genre d’images qui pullulent sur nos chaines Youtube. On y voit certains jeunes Kinois presque mourants, agonisant dans la rue ou se baladant ivres sans savoir où aller ni ce qu’ils disent.  

5. Tomber sur les caméras de Molière T.V

Lorsque vous tombez dans un état de profonde ivresse, ne contrôlant plus rien de vos gestes et paroles, il est probable qu’un passant contacte Molière TV – une télé kinoise spécialisée dans les faits de société – pour vous filmer. Alors le soir, c’est tout Kinshasa qui vous verra à la télé comme un clown de cirque ! À la seule différence que le clown s’en sort souvent avec honneur mais pas vous. Si c’est ça le genre de vie que vous avez choisie, continuez vos amours avec Guegue ! Mais je pense que vous avez intérêt à stopper un tel alcoolisme. La balle est dans votre camp.

 

 


 

 

Vous pouvez lire aussi : Guegue, la seule boisson à bas prix qui nous reste

Partagez-nous votre opinion

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.