article comment count is: 2

Lettre ouverte au journaliste Nemba Lemba : où est la présomption d’innocence ?

Cher monsieur Nemba Lemba, votre magazine Kin Makambo est sans doute l’une des meilleures émissions télévisées à Kinshasa. Son succès et sa renommée ont dépassé les frontières nationales. Adulée par les uns, déifiée par les autres, l’émission Kin Makambo n’a pas d’égal. Elle a atteint le sommet de sa gloire, au point que nous en sommes arrivés à oublier ses défauts.

 Laissez-moi vous le dire, votre magazine suscite en moi en même temps enthousiasme et amertume. À 21 heures de Kinshasa, papa, maman et enfants assis devant leur télévision attendent de regarder Kin makambo sur Molière TV. C’est une belle émission présentée en lingala et qui revient quotidiennement sur les faits de société ayant marqué la journée. 

Cas de vol, viols, accidents, délinquance juvénile et autres méfaits. On croirait qu’il n’y a que ça à Kinshasa. Des histoires rapportées souvent avec une dose d’humour et d’ironie. Elles sont d’autant plus intéressantes qu’elles se produisent dans notre environnement immédiat. Contrairement aux autres médias, les reporters de Kin Makambo sont joignables au téléphone par tous et peuvent venir n’importe où, n’importe quand et pour n’importe quel événement. Ce que ne feraient pas facilement les reporters de ceux qui se disent « grands médias ». 

Il s’est même développé un grand amour entre le public et Kin Makambo. Désormais, quand un événement surgit dans la société au fin-fond d’un quartier, dans une fosse ou que sais-je, le premier reflexe du Kinois est d’appeler un des reporters de Kin Makambo. Et mieux encore, certaines personnes craignent désormais de commettre des forfaits de peur de se retrouver dans le collimateur des caméras de Kin Makambo. Autant d’exploits à mettre à l’actif de cette émission. Il y a de quoi être fier de ce magazine : coup de chapeau monsieur Nemba Lemba. Mais ne vous réjouissez pas si vite ! 

Présomption d’innocence

S’il me fallait personnifier Kin Makambo en l’associant à un personnage des temps anciens, j’opterais pour Achille, ce grand héros grec rendu célèbre par la fameuse guerre de Troie. Invincible, Achille l’était tout comme semble l’être aujourd’hui Kin Makambo. Mais évoquer ce personnage mythique, c’est aussi évoquer cet adage qui a traversé le temps : « Le tendon d’Achille. » L’émission Kin Makambo a aussi son tendon d’Achille et le voici. 

Tout homme est présumé innocent jusqu’à ce que sa culpabilité soit établie par un juge, après bien sûr un procès tenu en bonne et due forme. Ça s’appelle la présomption d’innocence et c’est la loi. Pourtant, Kin Makambo semble complètement ignorer cela ; ses reporters filment à volonté le soi-disant violeur, kuluna, voleur… Ils se comportent face à ces marginalisés à la fois comme juge, avocat et partie civile. Se prenant peut-être pour un juge, Kin Makambo établit la culpabilité des personnes soi-disant prises en « flagrant délit » et qu’il prend en images. En même temps, se prenant pour la partie civile, il se positionne du côté de ceux qu’il qualifie de « population ». Mais être du côté de la population ne vous donne pas le droit de désigner le coupable. C’est à la justice de le faire. 

J’ai suivi un de vos reportages dans lequel un homme est présenté comme voleur d’un rétroviseur. Le caméraman de Kin Makambo le filme en lui posant de multiples questions auxquelles le monsieur répond par : « Je ne dirai rien sans être assisté par mon avocat. » Vos reporters et les hommes qui l’entouraient, se sont mis à rire aux éclats, pour se moquer de lui. Avait-il tort de demander son avocat ? On ne viole pas une loi pour en faire respecter une autre. Le moment est donc venu pour vous de vous arrêter un peu pour faire un bilan de votre magazine. Combien de visages filmés et présentés à la télé comme coupables mais innocentés par la suite avez-vous déjà rétablis dans leurs droits ? C’est vrai, la loi garantit le droit de réponse, me diriez-vous. Ce droit de réponse, remplace-t-il la présomption d’innocence ? Remplace-t-il la réputation ternie de la personne ?

Je pense que l’heure de rectifier le tir a sonné. Ce magazine peut garder son image à succès sans ternir celles des autres. Saisissez donc l’occasion !

Espérant que cette note vous trouvera en bonne santé, recevez mes sincères salutations.

Votre fidèle téléspectatrice.

 


Vous pouvez relire sur Habari : L’info brille, le journaliste scintille en RDC

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (2)

  1. Belle réflexion.
    je me suis toujours posé la question de savoir ce qui arriverait si une personne était reconnue innocente après avoir été filmée par « kin Makambo ».