article comment count is: 0

Démission du Premier ministre Ilunkamba : la fin du système Kabila ?

Après la chute du bureau Mabunda à l’Assemblée nationale, le coup fatal subi par le FCC de Joseph Kabila, c’est sans nul doute la destitution du Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba. Ce dernier ayant déjà remis sa démission au président Tshisekedi, la RDC n’a donc plus de gouvernement depuis ce vendredi 29 janvier. Désormais, le gouvernement démissionnaire expédie les affaires courantes jusqu’à la remise et reprise avec un nouveau gouvernement qui sera mis en place dans les prochains jours.

Le camp de l’ancien président Joseph Kabila voit les symboles de son système s’effondrer l’un après l’autre. Après avoir perdu le contrôle des institutions comme la Cour constitutionnelle et l’Assemblée nationale, c’est aujourd’hui autour de son Premier ministre de tomber. Est-ce la fin de l’ère Kabila ? Pas vraiment, car le FCC contrôle encore la majorité des provinces.

Bras de fer ou baroud d’honneur du FCC ?

La destitution du Premier ministre par le vote d’une motion de défiance à l’Assemblée nationale mercredi 27 janvier 2021 a été une pilule amère dans le camp de l’ancien président Joseph Kabila. La tension était telle que tous les indices faisaient état d’un bras de fer en perspective entre le FCC et la Chambre basse du Parlement. Sylvestre Ilunga Ilunkamba déclarait lui-même ne pas reconnaître la compétence du bureau d’âge à gérer une matière aussi sensible qu’une motion contre un gouvernement de la République. Pour lui, la motion de censure visant sa destitution ne devait être traitée que par le bureau définitif de l’Assemblée nationale. C’est ce qui explique son refus de se présenter à la plénière convoquée par le bureau d’âge mardi et mercredi derniers.

Du côté de son parti le PPRD, le ton était va-t-en-guerre. Le président de son groupe parlementaire à l’Assemblée nationale, Didi Manara, qualifiait le vote de la motion de « théâtre de mauvais goût » et assurait que le Premier ministre ne démissionnerait pas. Pourtant, cette posture de refus était plus un baroud d’honneur qu’une position réellement tenable. La motion de défiance contre le Premier ministre a été votée à une majorité écrasante de 367 voix dans une Assemblée de 500 députés. Il était clair que les députés ne voulaient plus de lui. Du coup, refuser de démissionner exposait Sylvestre Ilunga Ilunkamba à des poursuites judiciaires qui ne pouvaient qu’humilier un homme de son âge.

Il a entendu finalement la voix de la raison

Alors que les Congolais craignaient le pire, le Premier ministre a finalement décidé de déposer sa démission, évitant ainsi au pays une crise politique de plus. La télévision publique a montré vendredi soir le Premier ministre remettant sa démission au chef de l’État. Des ténors du FCC comme Kikaya Bin Karubi annonçaient en substance sur Twitter que le FCC était désormais dans l’opposition. La fin d’une époque ?

Désormais, Tshisekedi peut nommer un nouveau Premier ministre. Mais il doit le faire en bon père de famille en rassemblant tous les fils et filles du pays. Le FCC n’est pas à diaboliser, car il a laissé quand-même un bilan à défendre.

 

Est-ce que vous avez trouvé cet article utile?

Partagez-nous votre opinion