article comment count is: 0

RDC : après la République des juges, la République des pétitions

La République démocratique du Congo est un pays où chacun règne à sa manière. Le FCC a régné et a eu sa République. Puis est venu le tour des juges, avec des procès en cascade, les uns équitables, les autres moins. Aujourd’hui, voilà que les pétitions ont créé leur République.

La République des pétitions a modifié l’histoire, la géographie et les lois de la physique politique congolaise. Les pôles se sont inversés, les rapports de force ont changé. Le Nord est devenu le Sud ; le haut est passé en bas, et vice-versa.

     1. Pétition contre Jean-Marc Kabund

Commençons par celle-là. En initiant la pétition qui a fait tomber Jean-Marc Kabund en mai 2020, le député MLC Jean-Jacques Mamba ne savait pas qu’il ouvrait en même temps la boîte de Pandore à l’Assemblée nationale. C’était le début de la fin de la République du FCC de Joseph Kabila. Certes, Kabund a été déchu de son poste de premier vice-président de l’Assemblée nationale, mais des pétitions beaucoup plus douloureuses encore allaient venir.

     2. Pétition contre le bureau Jeanine Mabunda

C’est la plus spectaculaire des pétitions en 2020. En menaçant régulièrement de destituer le président Félix Tshisekedi, l’ex-présidente de l’Assemblée nationale, Jeanine Mabunda, aurait dû réfléchir par deux fois. Voilà que c’est plutôt elle-même qui a été destituée ! J’imagine qu’aujourd’hui, elle continue à méditer sur son sort.

L’entêtement des députés FCC à ne pas regarder la réalité en face, a contribué à créer une autre République : la fameuse « Union sacrée » du président Félix Tshisekedi. Mais pour combien de temps ? Au moins pour l’instant, il a réussi à vider le FCC de sa substance.

     3. Pétition contre le bureau d’âge

Le bureau d’âge n’a même pas encore deux mois d’existence et déjà il est visé par une pétition des députés du Front commun pour le Congo de Joseph Kabila. Cette pétition controversée aurait déjà atteint 140 signatures, selon les députés FCC. Les pétitionnaires reprochent au bureau d’âge des malversations financières et la violation de la Constitution et du règlement intérieur de l’Assemblée nationale. Toute la question est de savoir si 140 signatures peuvent faire tomber ce bureau dirigé par le doyen des députés Mboso Nkodia.

     4. Pétition contre le Premier ministre Ilunkamba

Elle est déjà en gestation. La République des réseaux sociaux avance déjà le chiffre de plus de 230 signatures. Mais le bureau d’âge a déclaré ne pas avoir reçu une telle pétition. Néanmoins, je pense que Sylvestre Ilunga Ilunkamba ferait mieux d’anticiper et de démissionner pour éviter l’humiliation comme celle qu’a subie Jeanine Mabunda à l’Assemblée nationale. Les réalités politiques actuelles ne sont pas favorables à son maintien au poste de Premier ministre. Surtout qu’il y a déjà un informateur en fonction…

     5. Pétition dans les Assemblées provinciales

Ça, n’en parlons même pas ! C’est tous les jours qu’il y a des pétitions et des motions de défiance dans nos Assemblées provinciales. Plusieurs gouverneurs et membres des bureaux de ces organes délibérants en ont été victimes. Certains sont déjà tombés. Si bien qu’à la dernière conférence des gouverneurs, le ministre de l’Intérieur, Gilbert Kankonde, a sollicité du chef de l’État un moratoire sur les motions de défiance contre les gouverneurs des provinces.

Bref, on est en pleine République des pétitions. La prochaine sera peut-être contre l’Union sacrée de Tshisekedi.

 

Est-ce que vous avez trouvé cet article utile?

Partagez-nous votre opinion