article comment count is: 0

Voilà que nous devenons esclaves du téléphone !

Le téléphone est-il en train de détruire les relations humaines dans notre société ? Hélas, à mon avis la réponse est : oui. Autrefois, là où les gens sont assis au même endroit, on s’adressait la parole et on conversait beaucoup sur différents sujets. Mais aujourd’hui quand on se rencontre, en dehors de la salutation, plus aucune conversation. On s’assoit et on s’incline sur son téléphone. Et c’est tout.

J’ai constaté cela en famille et dans tous les milieux où les gens peuvent être assis. Tout le monde est incliné en train de pianoter sur son téléphone. Les jeunes exagèrent parfois : écouteurs dans les oreilles, certains se déplacent concentrés sur l’écran de leurs smartphones.

Quand le téléphone devient plus important que tout

Au volant, au marché, à l’université… Nul ne se passe du téléphone. Par exemple dans les aéroports, après le check in, lorsqu’on prend place dans la salle d’embarquement pour attendre son vol, personne ne parle à personne. Chacun est plongé dans son smartphone ou son ordinateur. Vous ne pouvez entendre quelqu’un parler que quand il reçoit ou passe un appel. Ou encore quand un bébé pleure. Sans cela, c’est calme partout.

Le téléphone nous rend égoïstes et indifférents vis-à-vis de ce qu’il se passe autour de nous. Je pense que c’est contraire à la culture africaine où se rencontrer est une occasion de faire du bruit, rire aux éclats, raconter ce qui est arrivé au village, etc. Mais avec l’arrivée du téléphone intelligent, c’est chacun pour soi. Si l’on veut rire ou sourire, on le fait avec son téléphone.

Dans le temps ancien, quand on se rendait visite, on causait du début à la fin. Aujourd’hui le téléphone a diminué la longueur de nos causeries. Nos bonnes manières de converser avec nos visiteurs tendent à disparaitre. Quand tu arrives chez ta sœur, ton frère, ton ami, la causerie n’est plus que de courte durée. Car immédiatement après, chacun reprend son téléphone. Si ce n’est pas de l’esclavage, alors dites-moi ce que c’est. Consulter, chatter, scroller, parfois sans nécessité. Et le visiteur se sent gêné, oublié. Il considère cela comme un manque d’hospitalité.

Martin et son frère

Il y a quelques jours, Martin est venu en visite familiale chez son frère Paulin. Le pauvre visiteur n’a eu que moins de 4 minutes de conversation avec son frère. Celui-ci a vite sorti son téléphone et est resté incliné dessus de 16h à 18h. Embarrassé par cette attitude peu hospitalière, Martin n’a eu d’autre choix que de dire froidement au revoir à son frère dont toute l’attention. Alors, moi je dis que quand le téléphone commence à vous intéresser plus que votre propre frères, quelque chose ne va pas.

 

Partagez-nous votre opinion