article comment count is: 5

#DroitYaMwasi : Major Lily Muzila une Femme militaire qui s’assume

L’armée n’est pas un métier d’homme seulement. La femme y a bien sa place, la Majore Lily Muzila est sans doute un de ces exemples de plus en plus nombreux en RDC, mais que l’on ne perçoit parfois pas ainsi.  

Voici donc l’histoire de cette femme gradée des forces armées congolaises, que certaines regardent cependant comme exerçant un métier d’homme. Être femme, mère, épouse, et militaire, c’est aussi normal que servir comme enseignante ou médecin.

D’une simple curiosité à une passion

Jeune licenciée en droit, Lily Muzila est curieuse de connaître le fonctionnement des forces armées. Il faut faire l’observation participante sur le terrain alors. Elle, dont les parents tous professeurs d’université n’avaient jamais apprécié l’armée, elle a fini par déjouer leurs calculs.

L’an 2000, après sa licence, Lily se présente comme volontaire dans l’armée. Sa seule motivation est sans doute sa curiosité. Pourtant, en ce moment-là, l’armée est loin d’être aussi attractive que ça. En cette année-là, le Congo vit une de ses violentes guerres de son histoire. C’est l’époque de nombreuses rébellions de l’Est.

Une femme, un parcours

Substitut de l’auditeur supérieur du Haut-Katanga, madame Muzila débute sa carrière peu après sa formation de militaire avec le grade de lieutenant. Elle a alors le grade judiciaire de substitut de l’auditeur de garnison. Son savoir-faire la propulse, et elle devient premier substitut de l’auditeur de garnison avec comme grade militaire capitaine.

Puis encore, la Capitaine monte d’échelon jusqu’au grade d’auditeur de garnison, durant sept ans. Elle gère alors des hommes, en majorité, et quelques femmes jusqu’à ce jour. « Être magistrate militaire est vraiment un destin que je ne pouvais rater », dit-elle, souriante.

Aujourd’hui, elle regarde son ascension avec optimisme. La vie ne donne rien gratuitement, Major Lily Muzila en est bien consciente. Elle peut encore se rappeler ce calvaire bien que haut gradée, enduré durant la formation. Le sort commun d’ailleurs à tous les militaires.

« Ma formation comme tout autre formation militaire était difficile. Mais il m’a fallu de la détermination », dit-elle.

Femme militaire ne signifie pas femme légère

Femme militaire dans la société congolaise, ça rime souvent avec des préjugés. On pense à une femme facile, offerte aux autres. Surtout quand il faut accéder à des hautes fonctions. Major Lily Muzila est convaincue que cela dépend de l’éducation de base et de la personnalité de chaque individu.

« Dans toutes les sociétés, explique la magistrate, les femmes sont victimes de courtises de la part des hommes. Aucune autorité hiérarchique ne peut prendre une subalterne contre gré ou de force. Femme militaire ne rime pas avec femme mégère ou légère. »

Une femme, deux faces

Mariée et mère des enfants, major Muzila est une mère attentionnée et une femme soumise. Son secret, elle l’a dit, c’est l’éducation de base et la foi en Dieu.

« Ma fonction au sein des forces armées ne m’empêche pas d’être une bonne épouse avec ses vertus. Je viens d’une famille intellectuelle. Aussi, Dieu a donné à la femme la capacité de diriger au sein des forces armées et d’être une mère pour ses enfants et soumise à son époux », conclut-elle.

Son rêve est de voir les filles bien éduquées et bien instruites avec des grades universitaires, inonder l’armée congolaise.

Mon intérêt pour l’histoire de major Lily Muzila était de comprendre si l’on peut commander comme officier de l’armée, et vivre normalement comme épouse ou mère. J’en suis venu à la conclusion que c’est possible.

 

Est-ce que vous avez trouvé cet article utile?

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (5)

  1. Portrait inspirant. Rien ne peut plus désormais arrêter une Femme et sa dignité dépendra de son background moral et émotionnel..

  2. Je suis fier du récit de major lyly muzila.. pour dire que. La fameuse lutte pour l’égalité entre l’homme et la femme. Ce n’est pas un cadeau. Qui leur sera offert sur un plateau.. mais plutôt une lutte une lutte par pour. Un seul mois de mars ou mieux une seule date du 08 mars.. mais plutôt. Une conviction.. se rendre compétitive.. comme. Elle l été. Devenue. 1 et substitut a matete. Personne ne pouvait conteste ses prouesse . Promue auditeur parmi les quelques rares
    femmes brillante de la magistrature militaire. Mais rêver n’est pas une infrction, pour dire que les femme qui penseront qu’il obtiendront. Certaines fonction par le simple fait de leur genre ce sera une bataille perdue. Et un rêve qui ne sera pas punissable.. femme soyez compétitives. Battez vous pour l’excellence….. Et l’éligibilité positive…. Merci. A suivre dans le 2e tome de « l’autopsie de la lutte contre les violences sexuelles et liée u genre dire a la femme ». A Praitre