article comment count is: 1

Etienne Tshisekedi : des obsèques consensuelles, mais quand ?

Décédé il y a 450 jours, Etienne Tshisekedi va-t-il enfin obtenir une sépulture digne de son poids historique ? C’est le samedi 21 avril 2018 qu’a été conclue la « trêve politique » qui annonce le rapatriement prochain, en RDC, de sa dépouille conservée, jusque-là, dans une morgue bruxelloise.

Si ça continue, le sphinx de Limete va devenir le Lénine de RDC. Alors que la Russie célébrait, en novembre dernier, le centenaire de sa révolution, la question de l’inhumation de son théoricien n’était toujours pas réglée. Va-t-on devoir embaumer feu Tshisekedi pendant un siècle comme Vladimir Ilitch Oulianov ? Les prolongations morbides du deuil pourraient être évitées, si l’on en croit l’accord annoncé samedi 21 avril entre la famille du défunt, le gouvernement et l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS, parti de l’opposant historique).

La charrue de l’inhumation avant les bœufs du rapatriement

Le retour du leader décédé pouvant créer toutes sortes de remous politiques – de l’émoi fanatique sincère à la récupération politicienne machiavélique – il aura fallu, dans l’organisation, mettre la charrue de l’inhumation avant les bœufs du rapatriement. Ça aura pris du temps, mais beaucoup de détails techniques semblent réglés : les obsèques d’Etienne Tshisekedi seront entièrement prises en charge par le Trésor public.

La dépouille sera rapatriée de Bruxelles via un vol spécial affrété par le gouvernement, et le corps sera exposé au Parlement durant deux jours en vue d’un hommage national.

Même la question du lieu de la sépulture a été gérée, point sensible s’il en est, puisqu’il peut susciter des pèlerinages galvanisants de l’opposition. Le Sphinx sera enterré dans la commune de N’sele, dans la banlieue de Kinshasa, dans une concession appartenant à sa famille.

Qui sait si le rapatriement sera encore reporté ? 

Tout irait donc pour le mieux dans le meilleur des Congos si la RDC politique n’avait pas une tendance à la procrastination, à la gestion interminable des rendez-vous régulièrement remis à plus tard. Ainsi, la date du retour du corps de «Ya Tshitshi » n’a pas été précisée, même si la famille biologique espère que cela pourra avoir lieu avant la fin du mois de mai. Les dernières modalités pratiques du rapatriement vont être confiées à une commission mixte de neuf personnes et certains observateurs indiquent déjà qu’il ne faut pas crier victoire trop tôt.

L’enterrement de l’opposant historique risque d’être précédé de sa résurrection, ou plutôt de sa réincarnation. Son fils Félix Tshisekedi a été investi candidat de l’UDPS à l’élection présidentielle annoncée pour le 23 décembre 2018. C’est d’ailleurs pendant la signature de l’accord de rapatriement que le « Tshisekedi nouveau » préparait son premier meeting de présidentiable…

 


Vous pouvez lire aussi : Etienne Tshisekedi, l’éternel opposant n’est plus

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (1)

  1. Pas lesser quelqu’un tranquille
    Si tu lesser le pouvoir tu restera libre mon presd svp lesser la RDC tranquille. !!

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.