Liesse des finalistes lors de la publication des résultats d’examen d’Etat
article comment count is: 0

Examen d’Etat : il a mis deux ans pour se rendre compte qu’il a échoué

Obtenir le diplôme d’Etat (bac) permet d’accéder aux études universitaires en RDC. Hélas, depuis un moment, l’examen d’Etat n’a plus sa valeur d’antan. C’est devenu un fonds de commerce pour les télécoms et les inspecteurs. Ils s’enrichissent sur le dos des élèves finalistes.  

Medi est un élève finaliste de l’année scolaire 2016-2017. Il nous raconte sa mésaventure lors de la proclamation des résultats d’examen d’Etat. Son histoire reflète la triste réalité que vivent plusieurs finalistes. Suivons-le raconter son histoire dans les lignes qui suivent.

Publication des résultats

Le jour de la proclamation des résultats de l’examen d’Etat, ma sœur vient vers moi en courant. Avant même qu’elle dise un mot, j’entends les bruits des sifflets dehors. Je sors, pris d’émotion et de stress. Tout d’un coup, je me retrouve couvert de poudre sur tout le corps. On me dit que je suis parmi les lauréats. Des membres de ma famille et quelques camarades de l’école crient de joie et m’entourent. Ils ont eu connaissance des résultats avant moi. Ils crient et continuent à me jeter de la poudre et de la farine dessus.

Par contre, ma sœur n’est pas très convaincue. Elle me prend par la main, m’emmène à côté et dit : « Donne ton code, je vais moi-même vérifier. » Cela m’a fait un peu peur. Je n’ai pas hésité à lui remettre le code.

Elle tape ce code à plusieurs reprises mais je constate que son attitude change à chaque tentative. « On me dit toujours de réessayer », me dit-elle.  « Sûrement c’est parce que plusieurs personnes consultent le réseau en ce moment », essaie-t-elle de m’apaiser.

Pour ma part, j’ai supposé que ma sœur ne composait pas correctement le code. Je réessaie moi-même en vérifiant minutieusement chiffre après chiffre. Mais la même réponse revient : « Veuillez réessayer s’il vous plaît. » Du coup, je ne sais plus affirmer que j’ai échoué ou réussi.

Pour me réconforter, un de mes camarades me dit : « Ne t’inquiète pas Medi. Moi aussi j’ai essayé le code trois fois, mais c’est à la quatrième que mes résultats se sont affichés. » Un autre me raconte qu’il aurait essayé jusqu’à la huitième fois. Bref, je reprends confiance car je me disais qu’en ce moment-là, les réseaux de communication devaient être saturés. Bien sûr que je doutais aussi.

Je me mets à composer à nouveau le fameux code. Juste au moment où je tape la première lettre sur le clavier, un autre collègue de classe fait irruption en sautant de joie. Il me montre une liste de lauréats que venait de lui envoyer un  inspecteur qui le connaissait. Ça y est ! Mon nom est enfin là. Je saute, je danse. La fête  reprend de plus belle. Mon projet d’aller à l’université n’est pas tombé à l’eau. Mais, mais… J’ai omis de vérifier aussi les résultats en ligne. Une gaffe qu’il ne fallait pas du tout commettre.

Un an après

Une année est passée depuis que j’ai eu mon bac. Ou plutôt depuis que je pensais l’avoir eu ! Il est temps de me tourner vers l’université. Et comme le retrait des diplômes se fait attendre parfois plusieurs années, je décide d’aller chercher une attestation de réussite à l’Inspection générale de l’enseignement. Là encore on me demande de patienter trois jours. Trois interminables jours !

Le lendemain, une mauvais nouvelle tombe. Un collègue finaliste m’informe que sa mère était à l’Inspection, et que malheureusement son nom ne figurait pas sur la liste des lauréats. Pourtant sur la liste de l’inspecteur fantôme, il y avait bien son nom, et le mien aussi. Je me suis demandé quel serait alors mon sort ? Mais j’ai gardé mon sang-froid.

Le troisième jour, mon téléphone sonne vers 14 heures. L’appel vient de l’Inspection :

  • Medi, il n’y a pas d’attestation de réussite pour toi. Ton nom n’est pas sur la liste. Désolé.
  • Comment est-ce possible ?, dis-je. Et la liste de l’autre inspecteur alors ? Mon nom y figurait bien…
  • Non Medi. Toi et ton ami, vous vous êtes fait escroquer. Il y a un groupe de supposés inspecteurs qui escroquent des élèves comme ça lors de la publication des résultats avec de fausses listes.

Cette mauvaise nouvelle a été un grand choc pour moi. J’ai perdu deux ans comme ça, avec une fausse certitude d’être diplômé d’Etat.

Malgré tout, j’ai repris les études cette année-là, mais très déçu et rempli de honte. Honte de m’être fait berner si facilement. Si seulement les services de télécommunication qui gèrent la publication des résultats nous donnaient plus de précisions en cas d’échec, on n’en serait pas là. Un message du genre : « Vous avez échoué ou vous n’avez pas réussi » aurait suffi ! Au lieu de ça, ils nous disent : « Pas d’information, veuillez réessayer… » Une arnaque en bande organisée, à mon avis !

 

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (0)

  1. Je m’appel jean claide nyandwe , Une triste histoire , de ma part je trouve que on dois revoir leurs publication , pas d’information ne pas vraiment une bonne réponse

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.