article comment count is: 2

Fiers de consommer les déchets occidentaux ?

Recycler les déchets dans nos pays, c’est un sujet intéressant. Mais je voudrais vous dire qu’en RDC, tous les déchets n’ont pas la même valeur. Certains déchets – surtout ceux qui viennent d’Europe – sont précieux et considérés comme un luxe ou une bénédiction. Le Congolais les gère avec soin et en est fier ! C’est le cas des voitures d’occasion, vêtements, appareils électroménagers (clims, congélateurs…) hors d’usage en Europe et que l’on vient jeter dans ces vastes poubelles que sont les pays africains.

Nos populations étant si pauvres, elles n’ont pas le choix. Elles acceptent avec plaisir ces biens et objets déjà expirés en Europe ou ailleurs dans le monde et que l’on déverse sous forme de déchets sur le continent africain. À ce sujet, la plus grande poubelle que je connaisse c’est mon propre pays la RDC. Elle reçoit et consomme tous les déchets venus de l’étranger. Même les aliments avariés arrivent chez nous et sont consommés. Ils ne seront découverts que quand ils commenceront à faire des victimes.

Un bon nombre de voitures et bus qui roulent à Kinshasa et partout ailleurs en RDC ne sont jamais neufs. On les appelle « occasion d’Europe ». Ce sont de vieilles voitures parfois déjà abandonnées en Europe, donc des déchets, qui peuplent nos routes. L’essentiel est d’avoir une voiture, se dit le Congolais. Tant pis pour l’état. Ainsi, sur 100% de voitures et bus qui roulent à Kinshasa, près de 80 ont été abandonnés par les Européens, les Japonais, les Américains, avant d’être envoyés pour réutilisation au Congo. Je doute fort que l’inverse se produise, c’est-à-dire qu’un jour un bien soit utilisé en premier au Congo et ensuite envoyé en Occident. Ainsi aux Européens les biens neufs, et aux Africains les biens de seconde main.

Commerce des déchets, le business des « mikilistes »

On les appelle les « mikilistes », cette diaspora congolaise vivant en Occident. Ce sont des femmes et des hommes pour certains des migrants clandestins ; ils ramassent en Belgique, en France ou en Allemagne, tout ce qui a déjà servi et qui tend à la vétusté. Ils nous emballent tout cela et nous les expédient en Afrique, au Congo. Il suffit de faire un tour au port international de Matadi pour voir combien de voitures d’occasion, ordinateurs démodés, congélateurs et vêtements usagés sont envoyés à Kinshasa par les mikilistes. « Mon patron avait déjà cessé d’utiliser cette voiture et cherchait à s’en débarrasser. Je la lui ai demandée et j’ai envoyé à ma famille à Kinshasa », explique un mikiliste. Imaginez que même nos avions de la compagnie nationale Congo Airways sont tous de seconde main. Et on ne sait plus compter le nombre de pannes.

Des ballots de friperie qui normalement auraient dû être destinés à des réfugiés ou des sinistrés, sont ceux qu’on envoie à nos populations et celles-ci les portent avec plaisir ! Fières de porter des chaussures, costumes, t-shirts et jupes qui ont déjà servi à d’autres personnes. Où est la dignité de l’Africain ? Voilà pourquoi je donne raison au gouvernement rwandais quand il refuse que de tels habits entrent sur son territoire.

 

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (2)

  1. Cet article va dans les extrêmes ! Tout automobile et autres gadgets d’Occasions qui arrivent au Congo ne sont pas forcément des rejets 53% sont hors mode par les propriétaires qui S’en débarrassent pour à jour avec les nouveautés et 18% des Européens vendent leurs biens pour des raisons financières pour un projet ! Dire que tout c’est vient du vieux monde est demode c’est pas vrai !

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.