article comment count is: 1

#16jours : des mineures sexuellement exploitées au Nord-Kivu

Selon le rapport de l’ONG locale Actions d’initiative et de développement pour la protection de la femme et de l’enfant (AIDPROFEN), les filles de 12 à 17 ans en territoire de Masisi au Nord-Kivu sont exposées à l’exploitation sexuelle. La même étude renseigne que deux prostituées sur trois dans ce territoire viennent des familles soit pauvres, soit de déplacés internes. Ces conditions sociales favorisent de façon directe ou indirecte les abus dont sont victimes les filles de cette tranche d’âge.

Le rapport d’Actions d’initiative et de développement pour la protection de la femme et de l’enfant (AIDPROFEN ) révèle que 87,9 % des personnes interrogées dans leurs ménages ont affirmé que la jeune fille est plus exposée à l’exploitation sexuelle que le jeune garçon. Cette exploitation ajoutée aux conditions de vie précaires pousse des filles à la prostitution. L’étude souligne aussi le faible prix à débourser pour avoir des relations sexuelles avec une prostituée mineure : autour de 1500 francs congolais (1$). Ecœurant !

AIDPROFEN propose à la communauté internationale d’appuyer les programmes et projets qui luttent contre ce fléau presqu’ignoré. L’organisation préconise la mise en place d’un système d’alerte sur toute forme d’exploitation sexuelle et d’abus sur les mineurs en RDC. Mais elle insiste sur l’idée de développer des politiques internes sur la protection des enfants et la lutte contre l’exploitation sexuelle des mineurs particulièrement dans la province du Nord-Kivu.

Ces filles mineures sont souvent dans des maisons de tolérance. L’ONG demande au gouvernement congolais d’identifier ces maisons et d’ordonner leur fermeture ! Le gouvernement devrait aussi renforcer les moyens de la police chargée de la protection de la femme et de l’enfant (PSPF). Sous anonymat, un agent de cette police a avoué l’impuissance de celle-ci : « Nous sommes au courant de ce fléau dans le territoire de Masisi, nous avons même été sur les lieux et avons rédigé un rapport que nous avons transmis aux autorités provinciales depuis une année déjà, mais sans aucune suite. »

 


Sur la campagne des #16jours vous pouvez relire :

#16jours : Le macho congolais, espèce menacée ?

#16jours : Céder au harcèlement de son patron ou être au chômage : Sandra doit choisir !

#16jours : Violée enfant, elle est rejetée le jour de son mariage

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (1)

  1. vous proposez des pistes de solution non liées aux causes du problème.
    si je vous comprends bien,l’État doit combattre deux choses:
    la pauvreté et les guerres.
    et le problème d’exploitation sexuelle des filles mineures se verra éradiqué.
    merci.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.