article comment count is: 0

Gratuité de l’enseignement : l’histoire du rêve d’un roi qui ne se réalisa pas

Les enfants, assoyez-vous. Je vais vous raconter une histoire. Il était une fois un roi et son royaume de plus de 80 millions d’habitants. Un jour le roi fit un rêve : tous les enfants de son royaume allaient apprendre gratuitement la science auprès des maîtres. Il décida de réaliser son rêve une fois réveillé. Mais savez-vous ce qui s’en est suivi ? Le roi découvrit que le rêve n’était toujours pas applicable dans la réalité.

Les enfants, vous êtes-vous déjà demandé pourquoi quand vous rêvez que vous avez ramassé de l’or ou gagné de l’argent, et qu’en vous réveillant vous n’avez rien ? Mais par contre, en rêvant que vous faites pipi dans de belles toilettes, vous trouvez votre lit tout mouillé ? Parce que seuls les rêves réalistes se réalisent chers enfants. 

Revenons au rêve du roi

Chers enfants, le roi dont on parle ici avait donc fait son rêve. Mais il tenait à tout prix à le réaliser. Pourtant, ce roi n’avait pas de vizirs. Savez-vous ce que sont les vizirs ? Ce sont des ministres, chers enfants. Ils constituent ce qu’on appelle gouvernement. Le gouvernement, chers enfants, c’est lui qui propose le budget et qui sait qu’est-ce qui coûtera quoi et d’où sera tiré l’argent pour tout. Promettre des choses sans vizirs est une hérésie. Mais le roi pensait qu’il suffirait de sa propre parole pour imposer une réalité. 

Le roi, malgré ses 56 lunes, ne savait certainement rien de tout cela, chers enfants. Il avait certes une bonne volonté, mais ne maitrisait pas comment les choses devraient se passer.

A son réveil, il convoqua le peuple et annonça que les parents ne devraient plus payer le tribut qu’ils donnaient aux enseignants, car le royaume n’avait jamais pris en charge les maîtres. 

Le roi pensait et voulait bien faire. Avant son intronisation, il avait déjà fait cette promesse. Mais il ne savait pas ce que cela impliquait. 

Malgré les avis et conseils sur l’impossibilité de l’application de son rêve, il tint à le réaliser.

Quand la réalité rattrapa le roi

Pour la gratuité effective de l’enseignement, il fallait au royaume 2,6 milliards de grammes d’or. Or le budget du royaume entier n’était même pas de 6 milliards

Il ne fallut donc pas longtemps pour que la réalité rattrape le roi en pleine figure. 

C’est ainsi qu’à quelques semaines de la rentrée scolaire, des grèves se déclenchèrent de partout. Il y a plus de 132 000 maîtres qui ne sont pas pris en charge par le royaume, et même ceux qui le sont, c’est avec des miettes qu’ils sont payés.

Le roi finira par avoir finalement sa cour, composée de ses vizirs, mais ces derniers se rendirent vite compte que la gratuité de l’apprentissage n’était qu’utopique. Ils prévirent le budget à 10 milliards de grammes d’or pour l’année suivante. Ce fut la fin du rêve, l’enseignement à lui seul coûterait près du tiers de tout le budget, ce qui est inconcevable. Le royaume a des dépenses énormes sur les voyages du roi, les agoras (Assemblées nationales, provinciales et le Sénat), mais aussi la défense et l’administration.

Il ne sera pas possible que le rêve du roi se réalise.

Mais, chers enfants, le roi continue de s’obstiner jusqu’à ce jour. Et les seuls victimes de cette obstination sont les enfants qui n’étudient pas, à cause de la grève des enseignants. Et ces derniers qui ne perçoivent rien, car rien n’a été prévu pour eux.

Leçon morale à retenir : tous les rêves ne se réalisent pas d’un seul coup les enfants. Il faut y aller étape par étape. Et quand on se trompe, la force c’est de le reconnaître. Je pense que si le roi demandait aux parents de payer partiellement, il y aurait une solution.

 

Partagez-nous votre opinion