article comment count is: 5

La RDC incapable d’honorer son héros national Patrice Lumumba ?

La RDC, j’en suis convaincu, n’honore pas de façon convaincante ses héros, notamment Patrice Lumumba, son tout premier chef de gouvernement. Il manque en réalité une politique pour valoriser son image, comme le font les Sud-africains pour Nelson Mandela, ou les Burkinabè pour Thomas Sankara.

Des pays du monde entier ont montré leur soutien à l’esprit d’indépendance, esprit rebelle que représente Patrice-Emery Lumumba, premier Premier ministre de la RDC post-indépendance assassiné en janvier 1961. Les avenues, les places publiques, parfois les universités, ont été baptisées Lumumba en Zambie, en Ouganda, au Sénégal, en Chine, à Cuba, en Russie ou encore en Allemagne. Arrêtons-nous là !

C’est dommage que notre Congo, pays de Lumumba, n’ait pas fait mieux que de baptiser des avenues. Les autres pays qui adoptent les idées du héros l’ont déjà fait, sans l’avoir comme natif. En RDC, pas grand-chose en mémoire de Lumumba. Une statue surplombe un espace public à Kinshasa, et c’est tout ? A Shilantembo, à quelques 50 km de Lubumbashi, où le Premier ministre Lumumba fut assassiné en 1961, on n’y trouve que des herbes et des arbres naturels. Suffisant pour comprendre que malgré le fait que les dirigeants se targuent d’être Lumumbistes, l’homme est vraiment oublié dans son propre pays. Un pays pour lequel, il a sacrifié sa vie ! A croire que les autorités souhaitent étouffer cette inspiration à la liberté.

Lumumba réellement mort chez lui

J’ai moi-même été choqué au terme d’une visite que j’ai effectuée dans ce village inconnu du grand public. D’abord, le village Shilantembo baigne dans un sous-développement patent : pas de source d’eau propre, pas d’électricité ni de routes, ni de desserte agricole facilement accessibles. Le village vit encore comme aux années même de l’assassinat de cet illustre ancien Premier ministre nationaliste congolais. Les habitants doivent compter sur la bonne volonté des camions d’entreprises minières installées à proximité pour accéder à l’eau, un peu plus loin.

Sur le site de Shilantembo, les travaux d’aménagement initiés par le gouvernement du Haut-Katanga, sous le gouverneur déchu Jean-Claude Kazembe, ont été interrompus depuis la déchéance du gouverneur par les députés, pour « mauvaise gestion ». A part les édifices inachevés, le site n’a d’important qu’une stèle fabriquée par des volontaires qui ont continué à visiter le lieu de l’assassinat. En 2017, la tentative d’érection d’un mémorial a échoué.

Modèles africains

En Afrique du Sud, j’avais avec plein d’émotions visité Robben Island, l’île qui a accueilli Nelson Mandela durant la majorité de ces années d’emprisonnement pendant l’apartheid. Une île très visitée. Chez-nous en RDC, l’histoire telle qu’étudiée actuellement dans nos écoles et universités, ne nous permet pas de comprendre suffisamment la grandeur de Patrice Lumumba.

Pire, la politique culturelle, sans initiative et attentiste, ne permet pas non plus de découvrir la vérité sur cet homme. Curieusement, à Dakar, le site millénaire de Gorée, ayant accueilli des esclaves en transit pour l’Europe ou les Amériques, a gardé des vestiges encore précieux. Parmi les Congolais, ils sont nombreux qui ont payé de l’argent au Sénégal pour visiter ce lieu historique. La surprise c’est au monument de la Renaissance africaine, initié par le président Abdoulaye Wade, à Dakar. Lumumba y est dignement affiché comme l’une des icônes de la renaissance du continent. Et en RDC ?

Lumumba mérite un plus grand honneur

Nous célébrons officiellement la mort de Lumumba tous les 17 janvier, un jour férié. Ce jour-là, nous sommes habitués à regarder le film réalisé par Raoul Peck, le Haïtien, comme référence de l’histoire du héros. Avouons que nous sommes plus que paresseux, bien plus encore nos dirigeants et enseignants d’université.

Au Burkina, on peut visiter la tombe de Thomas Sankara, célébré récemment comme héro le 16 octobre. Cette tombe attire des milliers de personnes ; des concerts ont été joués en mémoire de ce héros burkinabé, et ses effigies distribuées par milliers. Une opération de communication, de valorisation des idéaux politiques et sociaux. Pourquoi la RDC ne peut-elle par en faire autant, voir plus ? Ecrivons notre propre histoire et honorons mieux les Pères fondateurs de notre pays.

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (5)

  1. C’est une honte pour la RDC, même s’il paraît que nul n’est prophète chez lui. C’est une plus grande honte encore pour tous les prétendus lumumbistes.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.