article comment count is: 0

Journée mondiale de l’égalité salariale : à travail égal, salaire égal !

Les inégalités salariales en RDC ne sont plus à démontrer. C’est monnaie courante dans les entreprises, les ONG, les institutions, etc. Même travail, même compétences, même diplôme, mais salaires différents. Il faut arrêter cette injustice !

Je salue l’instauration par les Nations unies de la date du 18 septembre comme journée mondiale de l’égalité de rémunération. Même si les solutions ne peuvent être trouvées rapidement aux problèmes de salaires, cette journée a au moins le mérite de braquer les projecteurs sur cette problématique dans le monde entier. En République démocratique du Congo, les inégalités sociales et salariales sont un véritable fléau. Beaucoup sont victimes de discriminations salariales en raison de leurs sexe, tribu, race ou religion.

« Attention ! C’est le frère de l’employeur »

Je me rappelle avoir travaillé pendant trois ans dans une entreprise où j’étais chef de service. Pourtant, deux de mes subalternes touchaient un salaire plus élevé que le mien, simplement parce qu’ils étaient de la même famille biologique que l’employeur. J’ai protesté auprès de l’employeur. Je lui ai dit que j’avais un volume de travail et un titre universitaire plus élevés que ceux de ses deux frères, et que je méritais qu’il puisse revoir mon salaire à la hausse.

Mais pour avoir osé le dire, j’ai failli être renvoyé définitivement. Il m’a dit de faire le choix entre partir ou rester dans son entreprise. Il m’a d’abord engueulé comme si j’étais un enfant, avant de me mettre en garde en disant : « Écoute ! C’est mon entreprise. Et ce doit être la toute dernière fois que tu te me mêles des affaires de rémunération des membres de ma famille ! » Eh oui ! Depuis, j’ai fermé mon bec jusqu’à ce que j’ai pu trouvé mieux ailleurs.

Et ils sont nombreux les travailleurs qui vivent les mêmes injustices salariales. Ils n’osent protester de peur de perdre leurs boulots. Ils préfèrent souffrir en silence.

Travailler moins ou mal tout en touchant un salaire de ministre !

C’est le monde à l’envers. Ceux qui travaillent beaucoup au Congo ne  savent même pas nouer les deux bouts. Tandis que des fainéants sont bien payés et changent de temps en temps de nouvelles voitures. A mon avis, les gens devraient avoir honte de toucher un salaire et des avantages de service qu’ils ne méritent pas. Dans une même entreprise, pour un même poste, être rémunéré plus que celui qui a un meilleur diplôme et de grandes compétences, est une chose inacceptable. L’État congolais devrait décourager de telles choses.

 

Est-ce que vous avez trouvé cet article utile?

Partagez-nous votre opinion