Justin Katshil, entrepreneur culturel.
article comment count is: 8

Justin Katshil, le jeune qui essaie de valoriser la culture à Mbujimayi

A ce jour, les facultés de lettres et d’arts se vident de leurs étudiants à Mbujimayi. La plupart des jeunes préfèrent plus les facultés dites prometteuses. Les lettres ne servent à rien, pensent certains. Je crois que c’est lorsqu’on ne sait pas la raison pour laquelle on embrasse une filière qu’on en arrive à cette conclusion. Je pense qu’on peut faire mieux avec les lettres et la culture. On peut même entreprendre. Voici l’exemple d’un jeune entrepreneur qui a réussi à entreprendre dans la culture. Je l’ai rencontré à l’issue d’un café numérique qu’il avait organisé à l’Université de Mbujimayi. Justin Katshil, agé de 26 ans, est le fondateur de Cultura RDC, structure qui vise à initier les jeunes à la promotion de la culture.

C’est quoi « Cultura RDC » ?

« Cultura RDC est un centre de création et de diffusion d’arts contemporains. Il a pour objectif de promouvoir les activités culturelles de tout genre et de faciliter la culture pour tous, soutenir la création et l’échange des œuvres culturelles. Nous sommes là pour promouvoir les artistes : peintres, littéraires, etc., et nous soutenons aussi les jeunes qui ont des projets innovents », m’a confié Justin.

Ambitieux, le jeune Katshil explique que Cultura RDC est l’aboutissement d’un long processus de réflexion avec ses camarades. C’est aussi le prolongement de sa volonté à maintenir la culture au premier plan. Avant de lancer sa propre structure, il était coordonnateur de Cogito litteris, un club facultaire de l’Université de Lubumbashi.

Une nouvelle aventure

Dans la ville de Mbujimayi, Justin Katshil organise des séances d’échange d’expériences et de renforcement des capacités avec des jeunes. Il les initie à la mise en place des projets créatifs pour améliorer leur bien-être. « Cultura RDC a commencé ses activités dans la ville de Mbujimayi, raconte Justin. Dans notre vision, on a constaté qu’il y a plusieurs jeunes qui ont des projets, mais ne savent pas les mettre en œuvre ou les faire développer. C’est pourquoi, j’organise des conférences et d’autres réunions dans les universités locales pour faciliter l’échange avec les jeunes. Ici, nous parlons de la photographie et de la vidéographie pour montrer aux jeunes comment écrire une nouvelle histoire de la ville de Mbujimayi ».

Justin Katshil veut susciter l’intérêt des jeunes de Mbujimayi à entreprendre dans la culture sans attendre le soutien d’un quelconque bailleur de fonds. Son objectif est  d’installer un centre d’art sur la ville de Mbujimayi.

Ses perspectives

Le jeune homme souhaite que sa structure – qui compte aujourd’hui un nombre important de membres – puisse rayonner à travers le pays. Il veut créer des représentations à Kinshasa et à Lubumbashi. Avec son statut d’animateur culturel, il a eu la chance de rencontrer certains experts de l’art littéraire contemporain qu’il compte déjà parmi ses soutiens. « Nous avons des personnes de bonne volonté qui connaissent mieux notre intérêt, aiment nos idées et nous soutiennent avec leurs moyens pour nos voyages, etc. », confie Justin.

 

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (8)

  1. Nous connaissons le combat de Justin Kazadi Katshil. Nous sommes heureux qu’il en parle avec véhémence.
    Nous espérions que des cœurs et cerveaux assoiffés de Culture lui tendront la main afin que ses efforts aboutissent!
    Que Vive Cultura RDC!

    Rgcarl

  2. Commentaire *
    Justin Katshil est un véritable combattant de la culture, un entrepreneur futé, un opérateur culturel confirmé. Vive Cultura RDC.
    Anaclet Kamwanya, écrivain et critique.

  3. Force et courage à mon confrère de la culture et de la littérature !
    Bon vent à ces projets…
    L’histoire s’écrit déjà pour nous les jeunes d’Afrique et en particulier de la R D Congo !