article comment count is: 0

Les kinois disent non à la hausse du prix d’internet

Une hausse inopinée

Tout commence par la hausse du prix des cartes prépayées. Je me présente devant un revendeur de cartes avec 1000 FC (1$) pour acheter du crédit mobile; ce dernier me répond “tu ne sais pas? c’est devenu 1200 FC, donc ajoutes 200FC”. Je remarque que je suis le seul à ne pas être informé de l’augmentation des prix.

Sans nous aviser, l’internet passe de 30% à 500 %. Curieusement, il n’y a que les forfaits nuits (de 00h00 – 5h00) qui sont maintenus tel qu’avant. “Nous prennent-ils pour des insomniaques chroniques du web ou quoi?”, scande un manifestant qui se prepare pour aller à la “Nuit Debout de Kin”

“Nuit Debout de Kin”

Sur l’affiche qui circule sur les réseaux sociaux, on voit un jeune levant son poing en signe de lutte pour la liberté, tel Nelson Mandela. Les professionnels de la presse, les défenseurs de la d’expression, et les simples internautes se donnent rendez-vous place Royale, en face de l’immeuble du gouvernement pour passer une nuit debout en signe de protestation contre cette hausse vertigineuse du prix d’internet. Le décor est planté, l’ambiance est au rendez-vous: musique par-ci, danse par-là. Petit à petit un monde se crée tout autour du monument de l’unité nationale.

Soudain, les policiers débarquent, en chassant et fouettant tout le monde. Finalement, ils arrêtent quatre journalistes, dont Patient Ligodi responsable du site Politico.CD, et les conduisent au commissariat le plus proches où ils sont entendus séparément, selon des sources concordantes. Apres mobilisation des internautes en ligne, de l’UNPC (Union Nationale de la Presse au Congo) et du JED (Journaliste en Danger), les journalistes finissent par être libérés. Quoi qu’il en soit, “Nuit debout de kin” a vecu et cette mobilisation continue à en inspirer plus d’un.

Pendant ce temps les politiques.

Les décideurs, pendant ce temps, préfèrent jouer au ping-pong de la responsabilité. Le ministre des PTNTIC, Thomas Luhaka semble surpris : “Nous avons constaté comme tout le monde cette flambée du prix de l’Internet ”.  Les sociétés de télécommunication se défendent en disant qu’elles ne font que chercher les bénéfices, quant à l’ARPTC, l’organe de régulation des postes et télécommunications, ils préfèrent donner leur langue aux chats.

Voilà qu’aujourd’hui “Internet” vient de rejoindre l’électricité et l’eau en terme d’irrégularités et d’instabilité. A quand la fibre optique tant promise depuis plus de deux ans ? Et la TNT, censée être opérationnelle à partir du mois de juin 2015 ? La révolution numérique au Congo est, à ce jour, encore une utopie.  Nous avons comme l’impression que plus le monde évolue vers le numérique, plus le Congo tend vers le moyen-âge. pour l’amour du ciel,  arrêtez d’asphyxier nos téléphones !

Partagez-nous votre opinion