Ville de Lubumbashi
article comment count is: 0

À Lubumbashi, les nouvelles constructions sont moches

En plein cœur de Lubumbashi, la deuxième ville de la RDC, de nouveaux bâtiments poussent comme des champignons. Le hic avec cette mutation de la ville, c’est le manque de beauté. Des architectures qui laissent à désirer, des immeubles qui ne respectent pas les normes urbanistiques… Bref, de nouvelles constructions moches.

Comment expliquer que de nouveaux bâtiments, construits en 2018 ou en 2019 ne présentent pas de meilleur aspect que des bâtiments laissés par les colons belges? Est-ce une légèreté des autorités qui délivrent les autorisations de bâtir ou un manque criant d’architectes compétents à Lubumbashi ?

Des bâtiments aux fondations peu rassurantes

Non loin du marché Mzee, le plus grand marché du centre-ville de Lubumbashi, trône un bâtiment de plus de dix étages. Cet immeuble inachevé depuis plus de cinq ans donne au quartier un aspect de quelque chose qui sort de la guerre. Près de là, un autre bâtiment, construit entièrement en charpente métallique est inachevé. Le promoteur qui en fait louer les pièces du rez-de-chaussée, ne semble pas pressé de finir les travaux.

En face de ce bâtiment, des maçons s’affairent à maintenir debout un bâtiment dont la construction suscite à la fois curiosité et interrogations. « Je n’y mettrai jamais les pieds », lâche un Lushois qui pense que le bâtiment n’est pas assez solide pour porter 10 étages.

Un plan d’urbanisation à Lubumbashi ?

La ville de Lubumbashi ne dispose-t-elle pas d’une politique ou d’un plan d’urbanisation ? Sur base de quels critères, les autorités délivrent-elles les autorisations de bâtir ? « A Lubumbashi, ce sont les [constructeurs] qui conçoivent les plans des bâtiments à défaut d’architectes et on recourt aux maçons ordinaires quand on ne peut pas se payer les services d’un ingénieur. C’est ça qui fait que l’on a des bâtiments qui ne ressemblent à rien [dans leur entourage immédiat, NDLR], qui ne se marient pas avec le paysage ou qui ne respectent pratiquement pas les normes et règles de sécurité », ajoute notre interlocuteur.

A Kinshasa, par exemple, plusieurs bâtiments se sont écroulés (vidéo) ces dernières années, faisant plusieurs morts. Une des causes souvent évoquées, c’est l’absence de respect des normes de sécurité.

A la fin, quel gâchis !

Des bâtiments naissent tous les jours mais peu frappent les regards par leur architecture et leur beauté. Lubumbashi est ainsi en train de perdre petit à petit tous ces vieux beaux bâtiments qui conféraient à la ville une certaine identité, au profit des bâtiments moches et sans envergure architecturale. Pourtant, ces derniers passent pour modernes. Le plus étonnant, c’est que même l’emblématique poste de Lubumbashi, a subi une rénovation qui l’a pratiquement transformé en le couvrant de revêtements en aluminium. En réalité, cette rénovation l’a dépouillée de son caractère historique et de son architecture d’une ville coloniale, et du 20e siècle.

 

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (0)

  1. je ne sais pas si le gouvernement de la RDC à un plan urbain pour la RDC ainsi que ces villes?

    peut être, il en a mais l’application pose problème.

  2. Face à la démographie croissante, on a besoin de faire face à des constructions améliorées avec des capacités d’accueil amplifiées. Il faudrait des nouvelles villes pour désenclaver Lubumbashi qui étouffe…